guerdonner

GUERDONNER

(ghèr-do-né) v. a.
Terme vieilli. Récompenser.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Moult cherement [la trahison] sera gueredonée [, Ronc. p. 49]
    Bien m'a amors guerredonné Ce que je l'ai à mon pooir Servie sans desloiauté [, Couci, III]
  • XVIe s.
    Vostre age est tant de graces guerdonné, Qu'à tous les coups un printemps estimable Pour vostre hiver seroit abandonné [MAROT, III, 129]

ÉTYMOLOGIE

  • Guerdon ; provenç. guazardonar, guiardonar ; anc. cat. gazardonar, guizerdonar ; esp. galardonar ; port. galardoar ; ital. guiderdonare.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

guerdonner

GUERDONNER. v. a. Récompenser. Il est vieux.

Dictionnaire de L'Académie française 6th Edition © 1835

guerdonner

Guerdonner, act. penac. C'est donner guerdon et recompense d'un service fait, Operae praemium dare. L'Italien dit conformément à ce Guidardonar, et l'Espagnol Galardonar. On ne le peut rendre en Grec par kérdainéin, comme aucuns veulent faire, combien qu'il puisse estre extraict de kérdos. Car kérdainéin est neutre, et signifie Guagner, profiter à soy, et non actif comme Guerdonner, qui signifie donner gaing et profit à autruy.

Guerdonner chascun selon ses merites, Exoluere poenas praemiaque omnibus pro cuiusque merito.

Je t'ay guerdonnée du plus grand loyer que je pouvoy, Quod habui summum pretium, persolui tibi. Terent.

Estre guerdonné, Praemium ferre.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606
Traductions

guerdonner

galardonar

guerdonner

guiderdonare

guerdonner

galardoar