hâler

(Mot repris de hâlaient)

*hâler

v.t. [ du lat. pop. assulare, griller ]
Brunir la peau, en parlant du soleil et du grand air bronzer, dorer

HÂLER

(hâ-lé) v. a.
Rendre le teint brun et rougeâtre, en parlant du soleil et du grand air. Le soleil hâle le teint.
Faire éprouver aux plantes le hâle. Voilà un temps qui hâle tout.
Se hâler, v. réfl. Être noirci par le hâle. Il s'est beaucoup hâlé au bord de la mer. Fig.
Un ouvrage se hâle au grand jour [LE P. DU CERCEAU, dans DESFONTAINES]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Au vent les ont hallés [il s'agi de corps morts qu'on fait sécher] [, Ch. d'Ant. V, 56]
    Ot ambdeus [toutes deux] cousues ses manches, Et por garder que ses mains blanches Ne halaissent. ot uns blans gans [, la Rose, 565]
  • XIVe s.
    Regardez qu'il est fors, com les poins a quarrez, Il est fort et puissant et moult noir et hallez [, Guesclin. 1622]
  • XVe s.
    Si ne furent [les dames] ne noires ne halées [CHRIST. DE PISAN, Dit de Poissy.]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, herlé, hâlé ; wallon, aurler, dessécher. Chevallet a proposé le celtique : kimry, haul, soleil ; bas-breton, heol ; mais la voyelle a n'est pas dans les mots celtiques. Diez le tire du flamand hael, sec. Or un passage de Rutebeuf où hasle est adjectif et signifie desséché (Fors que pain noir, dur et hasle, Tout muisi et tout très sale, II, 173), donne raison à Diez. En effet il prouve que dans hâle est non pas le sens de soleil ou de vent, mais le sens de dessécher. Quant aux formes en s ou en r, elles s'expliquent par la tendance de l'ancienne langue à intercaler ces lettres parasites : arme pour âme, usler pour uller (aujourd'hui hurler, avec une r de ce genre). L'ancienne langue avait un adjectif halleus signifiant qui est de la nature du hâle :
    Se li airs est mult caus et mult ses [sec] et mult halleus [ALEBRANT, f° 22]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • HÂLER. - ÉTYM. Ajoutez :
    Le normand dit harler, [DELBOULLE, Gloss. de la vallée d'Yères, le Havre, 1876, p. 183]
    Cette épenthèse de l'r représente ici une s étymologique et se trouve dans quelques autres dialectes provinciaux.

haler

HALER. (H est aspirée.) v. tr. T. de Marine. Tirer à soi avec force à l'aide d'un cordage. Haler une manoeuvre. Haler un palan. Haler une bouée à bord.

Par extension, il signifie, en termes de Batellerie, Faire avancer un bateau le long d'une rivière, d'un canal, etc., au moyen d'une corde tirée ordinairement à force de bras ou par des chevaux. Haler un bateau. Les bateliers criaient : hale, hale.

Se haler dans le vent, ou, elliptiquement, Haler le vent, Se diriger le plus près qu'il est possible vers l'endroit d'où vient le vent. Absolument, Le vent hale de l'avant, Le vent change en prenant la direction de l'avant.

Il signifie encore Attacher avec une corde quelque objet embarrassant que l'on veut élever.

haler

HALER. (H est aspirée.) v. tr. T. de Chasse. Exciter les chiens à se jeter sur un autre chien ou sur quelque personne.

hâler

HÂLER. (H est aspirée.) v. tr. Brunir, en parlant du Teint. Sur la plage, le soleil et l'air marin ont vite fait de hâler les visages. Un teint hâlé par la vie au grand air. Visage hâlé, teint hâlé.

SE HÂLER signifie Devenir brun par le hâle. Les dames portaient autrefois des masques, de peur de se hâler.

HÂLER signifie aussi Dessécher, flétrir les végétaux. Les fleurs de notre jardin sont toutes hâlées. Le vent a hâlé la campagne.

haler

Haler, act. acut. Signifie proprement brunir du soleil, et basaner par le hale de l'air chauld, Fuscare, subnigro colore obducere, Subfuruum reddere, efficere, comme, Le soleil, ou l'essor de l'air chauld m'a tout halé, Sol, aerve feruidus me totum fuscauit, subnigrauit. Et en cette signification vient de hêlios, mot Grec, prononcé à la Dorique, comme nous avons dit en Hale. Aussi les Grecs disent hêliadzéin, c'est à dire soleiller, pour haler. Il se prend aussi en termes de marine, pour filer et allonger le chable auquel l'anchre tient, si long qu'il est besoing pour ancrer. Ainsi crient en tel cas ceux qui tirent d'un bout ledict chable, à ceux qui le destortillent pour le faire courir, Hale, hale, c. fay couler et filer le chable. Haler aussi se prend pour atteyner un chien sur et contre quelque personne, Canem in quempiam inclamatione irritare. Et en cette signification il vient de Ha, particule usitée par les Veneurs, quand ils veulent acharner les chiens courants, levriers, ou autres apres la beste. Ha levrier, Eia leporarie. Disants pareillement, Ha, ha, à un chien qui chasse, pour l'encourager à la queste de son gibier.

haler


HALER, v. act. [l'h s'aspire: l'a est bref et sans accent, à la diférence de Hâler, doner du hâle. Voy. HâLE.] 1°. Tirer à force de brâs et avec une corde. Haler un bateau. "Hale, hale! crient les Bateliers. = 2°. Exciter des chiens à se jeter sur... Haler les chiens après quelqu' un.

Synonymes et Contraires

hâler

verbe hâler
Brunir la peau de quelqu'un.
basaner, bronzer, brunir, dorer, tanner -littéraire: cuivrer.
Traductions

hâler

שזף (פ'), שיזף (פיעל)