hâle

*hâle

n.m.
Couleur brune que prend la peau sous l'effet de l'air et du soleil bronzage

hâle

('ɑl)
nom masculin
couleur brune que prend la peau avec le soleil avoir un joli hâle d'été

HÂLE

(hâ-l') s. m.
Certaine constitution d'air sec qui dessèche et flétrit.
Il avait femme, et belle et jeune encor, Ferme surtout ; le hâle avait fait tort à son visage, et non à sa personne [LA FONT., Jument.]
Et le teint plus jauni que de vingt ans de hâle [BOILEAU, Épître X]
Il [d'Antin] était d'un fort beau blond, il avait le visage fort rouge de hâle [SAINT-SIMON, 294, 2]
Terme rural. Vent sec de l'est ou du nord, qui dessèche la terre et les plantes, et qui est fort nuisible. Les abris, les paillassons, les arrosages préviennent les effets du hâle.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Tozjorz la fit garder en chambre Plus por peor que por le hasle [CHRESTIEN DE TROIES, Cliget, dans HOLLAND, Chrestien, p. 48]
  • XIIIe s.
    [La femme] Ore veut l'ombre, or veut le halle, Or veut repos, or veut labeur [, Contenance des femmes]
  • XIVe s.
    Cler fu le jour, greveus le halle [G. GUIART, t. I, p. 108, v. 2172]
  • XVe s.
    Tant par la mauvaise garde du dit Guillaume, comme pour le harle et air du temps, la dite playe porroit estre engrinée [DU CANGE, incarceratus.]
    Levez ces cuevreschiefs plus hault, Qui trop cuevrent ces beaulx visaiges ; De riens ne servent telz ombraiges, Quant il ne fait hale, ne chault [CH. D'ORL., Chanson, 103]
  • XVIe s.
    Je suis bruslé, le Gast, d'une double chaleur, L'une hasle mon front, l'autre enflamme mon cœur : Le hasle de mon front se refraichit sans peine [RONS., 814]
    La luzerne, en son commencement, est sujete au hale du soleil [O. DE SERRES, 272]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. HÂLER.

hâle

HÂLE. (H est aspirée.) n. m. État de l'atmosphère où l'action de l'air combinée avec celle du soleil est nuisible à la peau humaine, à la chair des animaux et aux végétaux. Le hâle lui a bruni le teint. Porter un voile de peur du hâle. Cette viande a été desséchée par le hâle. Le hâle a fané les herbes.

hale

Hale, penac. Ores est masculin, et signifie la grande ardeur du soleil en esté, Sole accensus ac quasi inflammatus aer, comme, Il fait grand Hale, ou bien, Le Hale est grand, Ardens est aer. Et de ce en telle signification vient le participe Halé, m. acut. et Halée, f. penac. Celuy ou celle qui ont le visage bruslé de l'air chaud. Le tout venant de ce mot Grec hêlios, que les Doriens prononcent halios, et signifie Soleil; Ou du Latin Halitus, qui n'est si à propos. Et tantost est feminin, et se prend pour un lieu couvert et patent de tous costez, eslevé sur piliers de bois ou de pierre és grandes places d'une ville, pour y estaler et vendre les denrées et marchandises, Forum rerum venalium. Bud. Ou bien, Porticus rerum venalium. Et en cette signification il vient de halia mot Grec, qui signifie congregation, assemblée. Herodot. (ou de halisai, qui signifie assembler, faire congregation) parce que c'est le lieu auquel pour l'exercice du commerce on s'assemble de toutes parts, mesmes és jours ordinaires des marchez. Et aussi pour conferer et communiquer, comme on void estre usité és villes du pays de Suisse, et ailleurs. Aucuns le veulent tirer en cette signification, de cet autre mot Grec halôn, ou de halôs, signifians place vuyde sur rez de chaussée, que le Languedoc dit Ayro; L'Espagnol Era, et l'Italien Aia; Le tout du Latin Area. Aussi ce mot François Place, horsmis qu'elle est à descouvert et subdiale, est de tel usage que la Hale. Et l'Italien dit Piazza, et le Languedoc Place, et l'Espagnol Plaça, en mesme façon de signification. Si fait le Latin Platea. Lampridius in vita Heliogabali. Et par tant est appelé la Place Maubert, ce grand lieu à marché, qui sied au pied des monts Sainte Genefviefve, et Saint Hilaire à Paris. La place de Greve, et autres tels lieux. Dire que ce mot vienne de ôhel Hebrieu, qui signifie Tabernaculum, ce seroit le tirer de bien loing.

halé

Halé, m. acut. Qui a le visage bruslé ou havi du soleil, ou de la chaleur de l'air, A sole perustus, Adustus aestu, vel solis ardore.

hale

Il garde du hale, Defendit, vel arcet solis ardores.

hâle


HâLE, s. m. HâLER, v. act. [l'â est long, et l'h s'aspire: le hâle; se hâler: 2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Impression de l'air sur le teint en le rendant brun et rougeâtre; sur les herbes, en les flétrissant. "Il fait un grand hâle. "Les femmes craignent le hâle. "Le hâle fane les herbes. "Le soleil hâle en été ceux qui voyagent.

Traductions

hâle

השתזפות (נ), שזף (ז), שיזפון (ז), הִשְׁתַּזְּפוּת

hâle

tan

hâle

[ˈɑl] nmsuntan