hère


Recherches associées à hère: chère, erre, errer, esquif, haire

1. *hère

n.m. [ anc. fr. haire, pauvre ]
Un pauvre hère,
Litt. un homme misérable.

2. *hère

n.m. [ néerl. hert, cerf ]
En vénerie, cerf ou daim de six mois à un an, n'ayant pas encore ses premiers bois.

HÈRE1

(hè-r') s. m.
Terme de mépris. Homme sans considération, sans fortune.
Vos pareils y sont misérables, Cancres, hères et pauvres diables [LA FONT., Fabl. I, 5]
Un villageois, un hère, un pauvre diable [ID., Faucon.]
Valère vient à nous. - Je plains le pauvre hère, Sachant ce qui se passe [MOL., le Dép. I, 2]
Le comte : Quel est donc ce Basile qui se mêle de son mariage ? - Figaro : Un pauvre hère qui montre la musique à sa pupille [BEAUMARCH., Barb. de Sév. I, 6]
Espèce de jeu de cartes qui se joue entre plusieurs personnes et où il n y a qu'un seul des joueurs qui gagne, dit aussi l'as qui court.
Je voudrais qu'il mît les échecs à la place du hère [SÉV., 395]
Le 19 janvier 1686, le soir il y eut appartement ; Monseigneur y joua au hère et ensuite au lansquenet [DANGEAU, I, 283]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Gros nez, qui te regarde à travers un grant verre Te juge encor plus beau ; Tu ne ressembles point au nez de quelque herre Qui ne boit que de l'eau [BASSELIN, VI]
  • XVIe s.
    Les haires ne rendent pas tousjours heres [continents] ceulx qui les portent [MONT., III, 157]
    Un renard, qu'il avoit fait nourrir petit ; et lui avoit-on fait couper la queue, et pour ce on l'appeloit le here [DESPER., Contes, XXX]
    Je voy que les generaux des finances et des vivres ont eu beau loisir d'y jouer dès le matin au here et au malcontent [D'AUB., Conf. IV]
    Je ne m'esbahy pas, si vous avez tant delayé, et tant fait troter de pauvres heres de deputés après vous [, Sat. Mén. p. 165]

ÉTYMOLOGIE

  • Haute-Normandie, la hère, la dame, la maîtresse. Origine douteuse. Diez pense qu'il vient de l'allemand Herr, maître, seigneur. Il est sûr que certains mots étrangers ont passé dans le français avec un sens péjoratif ; par exemple, l'allemand Ross, cheval de guerre, coursier, qui a donné rosse. On peut mettre en avant le latin herus, maître ; il faudrait aussi y admettre un sens péjoratif. Si le mot est récent, il vient plutôt de l'allemand que du latin ; c'est l'inverse s'il est ancien ; et sa présence en Normandie avec un sens honorable fait croire qu'il est plus ancien qu'il ne paraît d'après les textes.

HÈRE2

(hè-r') s. m.
Terme de chasse. Le jeune cerf depuis dix-huit mois jusqu'à deux ans.
Le faon de cerf ne porte ce nom que jusqu'à six mois environ ; alors les bosses commencent à paraître, et il prend le nom de hère jusqu'à ce que ces bosses, allongées en dagues, lui fassent prendre le nom de daguet [BUFF., Cerf.]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine inconnue. Est-ce, dit M. Scheler, une expression métaphorique (hère, pauvre diable) ? Ou plutôt n'y aurait-il pas là le même radical qui a donné l'ancien haut allemand hiruz, allem. mod. Hirsch, cerf.

hère

HÈRE. (H est aspirée.) n. m. T. de Chasse. Cerf d'un an.

hère

HÈRE. (H est aspirée.) n. m. Homme sans mérite, sans considération, sans fortune. Il n'est employé que dans la locution Pauvre hère. C'est un pauvre hère. Il est familier et ironique.

Il se dit aussi d'une Espèce de jeu de cartes qui se joue entre plusieurs personnes qu'on appelle aussi l'As qui court ou la Bête noire.

here

Une Here, ou estamine, ou saz, Cilicium.

hère


HèRE, s. m. [L'h s'aspire: 1re è moy. et long, 2e e muet.] Il n'a d'usage qu'en cette phrâse: c'est un paûvre hère; un homme, ou sans biens, ou sans mérite. Voyez HAIRE.

Traductions

hère

[ˈɛʀ] nm
pauvre hère → poor wretch