*hé

interj.
1. Sert à appeler : Hé ! Laurence !
2. Exprime le regret, la surprise, l'étonnement : Hé ! Il a emporté mon mobile !
3. Répété, marque l'approbation, l'ironie : Hé ! hé ! Cela prend tournure.

('e)
interjection
1. sert à appeler qqn Hé ! Stéphanie !
2. marque la surprise Hé ! Tu es là !

(é) interj.
qui sert principalement à appeler. Hé ! venez ici. Elle sert à donner de la force à ce qui suit.
Il veut établir ses richesses dans la pauvreté, ses délices dans les souffrances, et sa gloire dans la bassesse ; ô ignorance, ô folie, hé Dieu, que pense-t-il faire ? ô le plus insensé des hommes selon la sagesse du siècle [BOSSUET, Panég. St François, préambule.]
Hé ! mon père, oubliez votre rang à ma vue [RAC., Iphig. II, 2]
Vous en Aulide ? vous ! hé ! qu'y venez-vous faire ? [ID., ib. II, 6]
Hé quoi ! Mathan, d'un prêtre est-ce là le langage ? [ID., Athal. II, 5]
Il s'emploie pour avertir. Hé ! prenez donc garde. Il se dit pour exprimer de la pitié, du regret, de la douleur. Hé ! mon Dieu ! Hé ! pauvre homme, que je vous plains ! Hé ! qu'ai-je fait ? Hé ! que je suis malheureux ! Il se répète pour exprimer l'adhésion. Hé ! hé ! il n'y a rien à répondre. Hé bien ! loc. interj. qui exprime l'étonnement et qui sert à interroger.
Hé bien ! de quoi est-il question ? Hé bien ! quoi ? qu'est-ce ? qu'y a-t-il ? Au diantre la sotte ville et les sottes gens qui.... [MOL., Pourceaugn. I, 5]
Il sert aussi à renforcer ce qui suit.
Hé bien ! contentez donc l'orgueil qui vous enivre [BOILEAU, Épît. X]
Hé bien ! madame, hé bien ! il faut vous obéir [RAC., Andr. I, 4]

REMARQUE

  • Piron a écrit hée pour la rime : Holà, hée ! Que l'on aille chercher monsieur de l'Empyrée, Métrom. III, 5.
Traductions

Хей

Hej

היי

Hallå

[ˈe] excl → hey!