hérésiarque

hérésiarque

n.
Dans la religion, auteur ou propagateur d'une hérésie.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

HÉRÉSIARQUE

(é-ré-zi-ar-k') s. m.
Auteur d'une hérésie, chef d'une secte hérétique.
Comme les hérésiarques sont punis en l'autre vie des péchés auxquels ils ont engagé leurs sectateurs dans lesquels leur venin vit encore [PASC., Lett. à Perier, 17 oct. 1651]
Saint Grégoire de Nazianze ne nous représente pas les hérésiarques comme des hommes sans religion, mais comme des hommes qui prennent la religion de travers [BOSSUET, Var. V, § 1]
Nous savons en quels abîmes cette dangereuse présomption et cet orgueil a précipité tant d'hérésiarques et leurs sectateurs [BOURDAL., Instruct. Humilité de la foi, Exhort.]
Le supplice de cet hérésiarque ne fit que fortifier son hérésie [FLÉCH., Hist. de Théodose, III, 44]
Heureux les hommes, si tous les disputeurs de ce monde, si les hérésiarques s'étaient soumis avec autant de modération, avec une douceur si magnanime que le grand archevêque de Cambrai, qui n'avait nulle envie d'être hérésiarque ! [VOLT., Dict. phil. Sottise des deux parts.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    On m'a dit qu'un vieux heresiarque a leu ce traité avec beaucoup de plaisir [D'AUB., Conf. II, 6]

ÉTYMOLOGIE

  • Terme dérivé du mot grec traduit par hérésie, et verbe grec signifiant être chef.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

hérésiarque

HÉRÉSIARQUE. n. m. Auteur d'une hérésie. Chef ou l'Un des chefs d'une secte hérétique. Luther et Calvin sont des hérésiarques.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

hérésiarque


HÉRÉSIARQUE, s. m. HÉRÉSIE, s. f. HÉRÉTIQUE, adj. et s. HÉRÉTICITÉ, s. f. [Éréziarke, zî-e, tike, ticité: les deux premières é fer. 3e lon. au 2d: dernier e muet aux trois premiers, é fermé au dern.] Hérésie, erreur condamnée par l' Église, en matière de religion. Hérésiarque, Auteur d'une hérésie. Hérétique, qui professe, qui soutient l'hérésie. = Adj. m. Qui apartient à l'hérésie. Héréticité, qualité d'une proposition~ hérétique. "L'hérésie d'Arius; de Luther, de Calvin. Dire des hérésies. Abjurer l'hérésie "Parmi ces demandes, il y en avoit plusieurs qui sentoient l'hérésie. P. Fabre. "Dogme, proposition hérétique. "L'héréticité d'une proposition. = Il ne faut pas confondre hérésiarque et hérétique: le premier signifie l'Auteur de l' hérésie, et le second le Sectateur d'un hérésiarque. "Calvin a été un des plus furieux hérésiarques. "Les Calvinistes sont des hérétiques. = On dit quelquefois l' hérésie, pour les hérétiques. "Constantin ne connoissoit point encore le génie de l'hérésie, toujours prête à tirer avantage des moindres complaisances qu'on a pour elle. Le P. Longueval.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788