huer

(Mot repris de huas)

*huer

v.t. [ de hue ]
Accueillir par des cris de dérision et d'hostilité : La foule a hué la pièce, l'auteur conspuer, siffler ; acclamer, ovationner

huer


Participe passé: hué
Gérondif: huant

Indicatif présent
je hue
tu hues
il/elle hue
nous huons
vous huez
ils/elles huent
Passé simple
je huai
tu huas
il/elle hua
nous huâmes
vous huâtes
ils/elles huèrent
Imparfait
je huais
tu huais
il/elle huait
nous huions
vous huiez
ils/elles huaient
Futur
je huerai
tu hueras
il/elle huera
nous huerons
vous huerez
ils/elles hueront
Conditionnel présent
je huerais
tu huerais
il/elle huerait
nous huerions
vous hueriez
ils/elles hueraient
Subjonctif imparfait
je huasse
tu huasses
il/elle huât
nous huassions
vous huassiez
ils/elles huassent
Subjonctif présent
je hue
tu hues
il/elle hue
nous huions
vous huiez
ils/elles huent
Impératif
hue (tu)
huons (nous)
huez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais hué
tu avais hué
il/elle avait hué
nous avions hué
vous aviez hué
ils/elles avaient hué
Futur antérieur
j'aurai hué
tu auras hué
il/elle aura hué
nous aurons hué
vous aurez hué
ils/elles auront hué
Passé composé
j'ai hué
tu as hué
il/elle a hué
nous avons hué
vous avez hué
ils/elles ont hué
Conditionnel passé
j'aurais hué
tu aurais hué
il/elle aurait hué
nous aurions hué
vous auriez hué
ils/elles auraient hué
Passé antérieur
j'eus hué
tu eus hué
il/elle eut hué
nous eûmes hué
vous eûtes hué
ils/elles eurent hué
Subjonctif passé
j'aie hué
tu aies hué
il/elle ait hué
nous ayons hué
vous ayez hué
ils/elles aient hué
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse hué
tu eusses hué
il/elle eût hué
nous eussions hué
vous eussiez hué
ils/elles eussent hué

HUER

(hu-é) v. a.
Faire des huées après le loup. Terme de pêche. Huer le poisson, le faire tomber dans les filets en poussant de grands cris.
Fig. Pousser des cris de dérision contre quelqu'un. Il se fit huer de tout le monde.
Et bientôt vous verrez mille auteurs pointilleux.... Traiter tout noble mot de terme hasardeux, Et, dans tous vos discours, comme monstres hideux, Huer la métaphore et la métonymie [BOILEAU, Épît. X]
Figurez-vous que Zaïre fut huée dès le second acte, que Sémiramis tomba tout net, qu'Oreste fut à peu près sifflé... [VOLT., Lett. Chabanon, 22 déc. 1766]
Absolument.
Le public a-t-il paru approuver le trait satirique lancé contre les femmes ? - Il s'est contenté de huer [GENLIS, Veillées du chât. t. III, p. 201, dans POUGENS]
V. n.Terme de fauconnerie. Crier comme le hibou. La chouette hue.
Se huer, v. réfl. Se huer l'un l'autre. Des deux côtés on s'insultait, on se huait.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cumme fel fait il li [comme félon il lui dit] : mal traïtres, t'en vas. Sil hua Huewac tant qu'il fu près tut las [, Th. le mart. 46]
    Ainz [auparavant] erent [ils étaient] chevalier, or sunt vil et hué ; Riche erent ainz, or sunt chaü [tombés] en dolenté [, ib. 151]
  • XIIIe s.
    Et li Commain retornerent seur els et commencierent à huer et à traire [tirer de l'arc] [VILLEH., CXLIII]
    Les lous [elle] ouït huller, et li huans [chat-huant] hua [, Berte, XX]
    Moult tost se r'est mis à la fuie, E li vilain forment le huie, Qui moult se tient à engingnié [, Ren. 2084]
    Neis [même] cil qui du sien vivent le ramponent et huient ; Fols sont qui jusque lors à bien faire s'estuient [J. DE MEUNG, Test. 187]
    Cil gluz et laz et rois [rets] fist tendre Por les sauvages bestes prendre, Et lor huia les chiens premiers, Dont nus n'iert avant coustumiers [, la Rose, 20343]
    Le bon conte de Soissons en ce point là où nous estions, se moquoit à moy et me disoit : seneschal, lessons huer ceste chiennaille [JOINV., 223]
  • XVe s.
    Je crois que j'ai huy vu mon messager ; je me repens de ce que j'ai huyé et fait huier mes chiens sur lui ; fort y a, si je le vois jamais [FROISS., II, III, 22]
  • XVIe s.
    Il fut hué, dont de douleur se pasme [J. MAROT, V, 239]
    Le premier qui hue le lou [crie au loup] anime tous les autres pastres et paysans à faire le semblable [CARLOIX, I, 44]
    Là l'espieu dans la main, courageux je devance Ma chasse de vingt pas, je la tance et retance, Je la presse et la hue, allant tout à l'entour [RONS., 670]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, huyer, crier avec force ; wallon, houwer, huwer. Suivant Diez, c'est une onomatopée, formée de l'exclamation hu. Scheler pense que c'est la forme française du verbe dont huchar est la forme provençale (d'où le français hucher) ; et il le fait venir du latin huc, ici. Enfin il y a le kimry hwa, appeler. L'opinion de Diez est la plus vraisemblable.

huer

HUER. (H est aspirée.) v. tr. Poursuivre le loup avec des huées. Huer le loup.

Il signifie par extension Accueillir quelqu'un par des cris de dérision. À peine eut-il ouvert la bouche pour parler qu'on le hua. Il se fit huer de tout le monde. Huer un auteur, une pièce.

huer

Huer, C'est un mot fait du son de la voix des hommes huants, et signifie crier proprement par hu hu, et plus generalement crier en quelque sorte que ce soit, dont on dit de celuy qui tence à haulte voix, qu'il hue apres ceux ausquels il tence.

Synonymes et Contraires

huer

verbe huer
Accueillir par des huées.
Traductions

huer

boo, hoot, jeerשרק בוזkrassen, uitjouwenabuchearfischiare (ˈɥe)
verbe transitif
pousser des cris de désaccord, de mécontentement huer une pièce de théâtre se faire huer

huer

[ˈɥe]
vt [foule, public] → to boo
vi [hibou, chouette] → to hoot