hypocondre

HYPOCONDRE

(i-po-kon-dr') s. m.
Terme d'anatomie. Chacune des parties latérales de l'abdomen situées sous les fausses côtes.
Homme mélancolique, ainsi nommé parce que l'hypocondrie était supposée avoir son siége dans les hypocondres.
Des biens que l'hypocondre en ses vapeurs promet [RÉGNIER, Sat. X]
Adj. Il devient hypocondre. Fou, extravagant.
Jamais la dame la plus belle Ne charma tant son favori Que fait cette épouse nouvelle Son hypocondre de mari [LA FONT., Fabl. II, 18]
Non, mais cent fois la bête a vu l'homme hypocondre Adorer le métal que lui-même il fit fondre [BOILEAU, Sat. VIII]
Est-ce par goût hypocondre que cette femme aime un valet ? [LA BRUY., III]

REMARQUE

  • On ne voit pas pourquoi l'Académie a supprimé l'h étymologique en ce mot qui devrait s'écrire hypochondre.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    En l'epigastre faut considerer deux parties laterales, les hypochondres dextre et senestre.... sous l'hypochondre droit, la plus grande partie du foie [PARÉ, I, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Terme dérivé de deux mots grecs signifiant : sous et les cartilages des côtes.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

hypocondre

HYPOCONDRE. n. m. T. d'Anatomie. Chacune des parties latérales de la région supérieure du bas-ventre. L'hypocondre droit. L'hypocondre gauche.

hypocondre

HYPOCONDRE. adj. des deux genres. T. de Médecine. Qui est atteint d'hypocondrie. Un malade hypocondre. Substantivement, Un hypocondre. Une hypocondre. On dit plutôt HYPOCONDRIAQUE.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

hypocondre


HYPOCONDRE, s. m. HYPOCONDRIAQUE, adj. [Ipokondre, dri-ake: 3e lon. dern. e muet. — Dans une édit. de Boileau, on lit hypochondre avec une h après le c.] Hypocondre, terme d' Anatomie, se dit des parties latérales de la région supérieure du bâs-ventre. "L'hypocondre droit, où est le foie. "L'hypocondre gauche, où est la rate. = Pour le malade, dit La Touche, on dit hypocondre ou hypocondriaque, mais pour la maladie, on ne dit que le dernier; maladie hypocondriaque, qui vient du vice des hypocondres. — Au fig. on dit l'un ou l' aûtre. "Son hypocondre de mari. La Font. "La solitude rend quelquefois les hommes hypocondriaques, bisârres, d' humeur inégale, atrabilaires.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788