idolâtre

idolâtre

adj. et n.
1. Qui voue un culte à des idoles : Une tribu idolâtre.
2. Qui voue un amour excessif, une sorte de culte à qqn ou qqch : Les admirateurs idolâtres d'une chanteuse fanatique

IDOLÂTRE

(i-do-lâ-tr') adj.
Qui adore les idoles, qui rend un culte divin à des créatures.
Peuple idolâtre [ROTROU, St Genest, V, 2]
On devient idolâtre [disent les protestants] en faisant paraître par quelque posture de respect le sentiment de vénération vraiment sainte qu'on a dans le cœur [BOSSUET, Var. XIV, § 104]
Fig.
Comme un joug importun les règles rejetées, Le Parnasse idolâtre adorant de faux dieux [GILBERT, 18e siècle.]
Il se dit également du culte même. Rendre un culte idolâtre.
Jusque sur notre autel votre injuste marâtre Veut offrir à Baal un encens idolâtre [RAC., Athal. I, 2]
Substantivement. Un idolâtre, une idolâtre.
Que je sois tout ensemble idolâtre et chrétien [CORN., Poly. IV, 3]
Mon père, en ce jour solennel, De l'idolâtre impur fuit l'aspect criminel [RAC., Athal. III, 2]
Fig. Qui ressent un amour passionné ou servile pour une personne ou pour des choses.
Le voilà donc [le prince] engagé dans l'agrandissement du sujet qu'il aime [un favori].... le voilà idolâtre sans y penser ; il adore ce qu'il a fait... [BALZAC, De la cour, 7e disc.]
Et cette vieille erreur, que Cinna veut abattre, Est une heureuse erreur dont il [le peuple romain] est idolâtre [CORN., Cinna, II, 1]
À faire, aux nouveautés dont je suis idolâtre, Figure de savant sur les bancs du théâtre [MOL., Mis. III, 1]
Cette femme, idolâtre d'elle-même et toute occupée des vanités du siècle, a pris le parti de la retraite [BOURDAL., Dim. de la Sexagés. Dominic. t. I, p. 440]
Un avare, idolâtre et fou de son argent [BOILEAU, Sat. IV]
Je ne prends pas pour juge une cour idolâtre [RAC., Bérén. II, 2]
Pour bannir l'ennemi dont j'étais idolâtre [ID., Phèdre, I, 3]
Pouvez-vous être idolâtre d'une chair qui... ? [MASS., Carême, Jeûne.]
Un peuple opiniâtre, De ses liens sacrés imbécile idolâtre [VOLT., Œd. III, 5]
Périsse le cœur dur, de soi-même idolâtre [ID., Mérope, I, 1]
Jamais peut-être aucune nation ne fut idolâtre de ses préjugés au point où l'étaient alors, où le sont peut-être encore aujourd'hui les Espagnols [RAYNAL, Hist. phil. VI, 9]
Qui a pour quelqu'un un respect outré, qu'on peut comparer à l'idolâtrie.
Les grands pour la plupart sont masques de théâtre, Leur apparence impose au vulgaire idolâtre [LA FONT., Fabl. IV, 4]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Tuit cil de la province du Catay sont tretouz ydolatres [MARC POL, p. 360]
    Orguilleus est [l'homme], murdriers, et lerres [voleur], Et inconstans et foloiables, Idolastres, desagreables [, la Rose, 19432]
    Diex hait avers [les avares] les vilainastres, Et les dampne comme idolastres [, ib. 5268]
  • XVe s.
    Doulx Diex, ce m'est le cuer grevant Que les gens de ce païs voy Vivre ydolatres sans ta foy Tenir ne croire en toy, doulx Diex [, Myst. de Barl. et Josaphat, dans GUI DE CAMBRAI, p. 370]
  • XVIe s.
    Un dieu le plus puissant s'estimeroit heureux D'estre de vos beaux yeux idolatre amoureux [RONSARD, Élég. 7]
    Ainsi dites vous idolatre pour idololatre [RABEL., IV, 40]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. idololatra, idololatres, (voy. IDOLÂTRIE). Marc Pol a dit aussi ydle et ydre (p. 450), par confusion entre idole et idolâtre.

idolâtre

IDOLÂTRE. adj. des deux genres. Qui adore les idoles et leur rend des honneurs qui n'appartiennent qu'à Dieu. Les nations idolâtres. Les peuples idolâtres. Par extension, Rendre un culte idolâtre.

Dans cette acception propre, il s'emploie souvent comme nom. Les idolâtres des Indes. Prêcher pour convertir les idolâtres.

Il signifie aussi Qui rend un culte divin à des êtres vivants ou à des choses autres que des idoles. Les Perses, qui adoraient le feu, les Égyptiens, qui adoraient les crocodiles, étaient idolâtres.

Il signifie, figurément, Qui aime quelqu'un avec excès, ou qui estime trop une chose, qui en raffole. Cette femme l'a subjugué, il en est idolâtre. Cette mère est idolâtre de ses enfants. Cette femme est idolâtre de sa beauté. Par extension, Propos idolâtres.

idolatre

Idolatre qui adore une idole, Idololatra.

idolâtre


IDOLâTRE, adj. et subst. IDOLâTRER, v. n. et act. [3e lon. dern. e muet au 1er, é fer. au 2d.] Idolâtre, qui adôre les idoles, les créatûres. "Peuple idolâtre, Nation idolâtre. = S. m. Les idolâtres. = Fig. "Il est idolâtre de cette femme. "Elle est idolâtre de ses enfans. = Idolâtrer, adorer les idoles. "Les Hébreux idolâtrèrent dans le désert. = Fig. v. act. Aimer avec trop de passion. "Il Idolâtre cette femme: elle idolâtre ses enfans.
   REM. Idolâtre ne régit l'ablatif qu'au fig.
   Insensible aux plaisirs, dont j' étois idolâtre.
       Gresset.
On ne dirait point au propre, ces Peuples étaient idolâtres du feu, ni avec le verbe actif, ils idolâtraient le feu. Avec ces régimes, il faut se servir d'adorateur, adorer.

Synonymes et Contraires

idolâtre

adjectif idolâtre
1.  Qui voue un culte aux idoles.
2.  Littéraire. Qui montre de l'adoration pour.
Traductions

idolâtre

idolatrous

idolâtre

אלילי (ת), עובד אלילים (ז), עכו״ם [עבודת כוכבים ומזלות], עכומי (ת)

idolâtre

afgodisch, verzot (op)