immolé, ée

IMMOLÉ, ÉE

(i-mmo-lé, lée) part. passé d'immoler
Égorgé comme victime.
Jésus-Christ tant de fois invoqué, tant de fois même immolé pour lui sur l'autel [FLÉCH., Lamoignon.]
D'Iphigénie immolée Je vois le bûcher fumant [GRESSET, Ode, VI]
Qu'ai-je fait ? et quelle est la victime immolée ? [VOLT., Sémiram. v, 8]
Tué, mis à mort.
Près de ce champ fatal Jézabel immolée [RAC., Ath. I, 1]
Fig. Sacrifié, foulé aux pieds, mis à l'écart.
Vos passions n'y paraissent jamais immolées devant la sainteté de Dieu [MASS., Carême, Culte.]
Je verrai la justice à la brigue immolée [VOLT., Mér. I, 2]
La guerre civile est le théâtre de la licence, et les mœurs y sont immolées avec les citoyens [ID., Triumv. note.]