impénitence

IMPÉNITENCE

(in-pé-ni-tan-s') s. f.
État d'un homme impénitent.
Siècle vraiment subtil.... la princesse palatine t'est donnée comme un signe et un prodige ; tu la verras au dernier jour confondre ton impénitence et tes vaines excuses [BOSSUET, Anne de Gonz.]
....Et qu'une espérance présomptueuse de corriger à la mort ce qui manquerait à la vie, nourrirait leur impénitence [ID., Sermons, Impénit. finale, préambule.]
Mourir dans l'impénitence finale, mourir sans s'être repenti de ses péchés.
Un aveuglement d'esprit et un endurcissement de cœur qui leur ôtent presque toute espérance de retour, et qui les conduisent à l'impénitence finale [BOURDAL., Exhort. sur le jug. du peuple contre J. C. t. II, p. 65]
Fig. et familièrement. Mourir dans l'impénitence finale, persister dans les sentiments que l'on a et que l'on présente, en plaisantant, comme étant des péchés.
J'ai bien peur de mourir dans l'impénitence finale, c'est-à-dire plein d'estime et de reconnaissance pour vous [VOLT., Lett. Boncerf, 8 mars 1776]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. impoenitentia (voy. IMPÉNITENT).

impénitence

IMPÉNITENCE. n. f. T. de Théologie. État de celui qui est impénitent. Vivre, mourir dans l'impénitence.

Impénitence finale, L'impénitence dans laquelle on meurt. Familièrement et par manière de plaisanterie, Mourir dans l'impénitence finale, Persister dans une opinion, dans une habitude auxquelles on est fort attaché et qui d'ailleurs ne sont point blâmables.

impénitence


IMPÉNITENCE, s. f. IMPÉNITENT, ENTE, adj. [Inpénitance, tan, tante: 2e é fer. 4e lon. 5ee muet.] Ils expriment l'endurcissement dans le péché. "Vivre, mourir impénitent, dans l'impénitence.