impertinence

(Mot repris de impertinences)

impertinence

n.f.
1. Manière arrogante de parler, d'agir : Cet élève s'est adressé à elle avec impertinence effronterie ; déférence, politesse, respect
2. Parole, action déplacée ou offensante : Je ne tolère pas de telles impertinences impudence, insolence ; égard, prévenance

impertinence

(ɛ̃pɛʀtinɑ̃s)
nom féminin
manque de politesse, de respect parler avec impertinence

IMPERTINENCE

(in-pèr-ti-nan-s') s. f.
Caractère de ce qui n'est pas pertinent, de ce qui choque par la déraison ou par l'inconvenance.
Quelque fois ton esprit, s'élevant jusqu'aux cieux, De cette haute extase où j'occupe ses yeux, Retombe tout à coup dans quelque impertinence [CORN., Imit. II, 6]
Le valet lui faisait comprendre à tous coups l'impertinence de ses propositions [MOL., Scapin, III, 3]
Il y a deux choses dans les erreurs [touchant la religion] : l'impiété, qui les rend horribles, et l'impertinence, qui les rend ridicules [PASC., Prov. X]
Elle a les meilleurs sentiments du monde ; j'admire que cela puisse être gâté par l'impertinence de son esprit et la ridiculité de ses manières [SÉV., 13 oct. 1675]
Pouvait-on garder le respect qui est dû aux choses divines, au milieu des impertinences que contenaient les fables, dont la représentation ou le souvenir faisaient une si grande partie du culte divin ? [BOSSUET, Hist. II, 5]
Je crois pour moi que ce sont ces impertinences et les profanations du saint livre de l'Apocalypse, qu'on voyait croître sans fin dans la nouvelle réforme, qui firent que les ministres eux-mêmes, las de les entendre, résolurent dans le synode national de Saumur : Que nul pasteur etc... [ID., Var. XIII, 55]
Chaque pays a ses impertinences légales, et ses délits de temps et de lieu [VOLT., Dict. phil. Crimes.]
Chose, action impertinente, sottise.
Je suis une sotte, j'ai offensé la géographie : vous ne passez pas à Moulins, la Loire n'y va point ; je vous demande excuse de mon impertinence [SÉV., 23 oct. 1676]
S'il y a à Paris quelque bonne et grave impertinence, ne me la laissez pas ignorer [VOLT., Corresp. d'Alemb. lett. 75]
La première [la plus forte] des impertinences humaines [D'ALEMB., Lett. au roi de Prusse, 17 sept. 1764]
Caractère de celui qui choque par des manières pleines de fatuité et de dédain.
Mais dès qu'il fut monsieur le président, Il fut, ma foi, gonflé d'impertinence [VOLT., Enf. prod. I, 1]
A-t-on vu quelque part un fonds d'impertinence De cette force-là ? [GRESSET, Méchant, III, 10]
Si Laharpe avait en génie Ce qu'en impertinence il a, Je conviens que ce Pradon-là Vaudrait l'auteur d'Iphigénie [LEBRUN, (ÉCOUCHARD), Épigr. contre Laharpe.]
Ironiquement et par antiphrase.
Depuis l'impertinence que j'ai eue de faire de grands établissements dans un malheureux village au bout de la France [VOLT., Lettres en vers et en prose, 175]
Il se dit aussi des choses.
Ces mots remplis d'impertinence Eurent le sort qu'ils méritaient [LAFONT., Fabl. VIII, 19]
Paroles et actions impertinentes. Il m'a fait cent impertinences.
Vous ne sauriez ouvrir la bouche que vous ne disiez une impertinence [MOL., Comt. d'Esc. sc. 6]
Ne suis-je pas bien fat de vouloir raisonner ? Trêve donc, je vous prie, à vos impertinences, Que je n'entende plus vos sottes doléances [ID., Sgan. 1]
Une entrevue est convenue entre vous et Mlle de Passerot ; manquer de parole serait une impertinence sans excuse [CH. DE BERNARD, la Femme de 40 ans, § 2]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Subtilisoit mille delaiz, subterfuges et exoines, sans donner le contentement reciproque au mariage, ainsi que le devoir l'obligeoit, ains s'armoit de mille excuses, fondées ou sur la saincteté des jours ou sur l'impertinence du temps [, 53e arrest d'amour, p. 482, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Socrates veult leur montrer leur impertinence, plus que l'impertinence de leur art [MONT., IV, 42]

ÉTYMOLOGIE

  • Impertinent.

impertinence

IMPERTINENCE. n. f. Manière irrespectueuse de parler et d'agir. Rien n'égale l'impertinence de cet enfant vis-à-vis de ses parents. Il m'a fait cent impertinences. Il m'a écrit une lettre remplie d'impertinences. L'impertinence de cet homme est si grande que chacun le déteste. Les grands parleurs sont sujets à dire beaucoup d'impertinences. J'admire l'impertinence de ce discours!

Il signifie aussi Manière de parler et d'agir contre les bienséances.

Il signifiait autrefois Ce qui n'a rien de commun avec la chose dont il s'agit. Dire des impertinences. S'exprimer avec impertinence.

impertinence

L'impertinence de ton parler m'estonne.

Traductions

impertinence

חציפות (נ), שחץ (ז)

impertinence

Frechheit, Impertinenz

impertinence

impertinenza

impertinence

[ɛ̃pɛʀtinɑ̃s] nfimpertinence