imperturbabilité

imperturbabilité

n.f.
État, caractère d'une personne imperturbable : L'imperturbabilité d'un accusé face à ses juges flegme, impassibilité, placidité, sang-froid
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

IMPERTURBABILITÉ

(in-pèr-tur-ba-bi-li-té) s. f.
État de ce qui est imperturbable.
Une certaine apathie, ou impassibilité et imperturbabilité, plus stoïcienne que chrétienne [BOSSUET, Déf. de la trad. sur la communion, II, 29]
Comme saint Clément d'Alexandrie a tant parlé des parfaits, et qu'il semble en avoir porté la perfection jusqu'à leur ôter la concupiscence et les élever à l'apathie, c'est-à-dire à l'imperturbabilité [ID., États d'oraison, VI, 19]
Ne se point émouvoir et savoir attendre ont donc été les deux pivots de sa conduite [de Louis XV], il a conservé cette imperturbabilité jusque dans l'affreuse maladie qui l'a enlevé à la France [VOLT., Élog. fun. Louis X]

ÉTYMOLOGIE

  • Imperturbable.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

imperturbabilité

IMPERTURBABILITÉ. n. f. État de ce qui est imperturbable. L'imperturbabilité de son âme. L'imperturbabilité de sa mémoire.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

imperturbabilité


IMPERTURBABILITÉ, s. f. IMPERTURBABLE, adj. IMPERTURBABLEMENT, adv. [1re lon. 2e ê ouv. 4e dout. au 2e, 5e e muet au 2e et au 3e: bable, bleman.] Imperturbable, qui ne peut être troublé, ému. Imperturbablement, d'une manière imperturbable. Imperturbabilité, état de ce qui est imperturbable. "Il est imperturbable dans ses résolutions. "Les vues droites, l'honnêteté imperturbable n'ont jamais de grands revers à craindre. Moreau. "Rien ne peut déranger l'imperturbabilité de son âme. "Il s'atache à ses desseins imperturbablement. = Le subst. et l'adv. sont peu usités. Ils sont trop longs, et trop dificiles à prononcer: cela n'en favorise pas l'usage.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

imperturbabilité

nom féminin imperturbabilité
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004