impiété

(Mot repris de impiétés)

impiété

n.f. Litt.
1. Mépris pour les choses religieuses : L'impiété de Don Juan irréligion ; dévotion, piété
2. Parole, action impie : Commettre des impiétés blasphème, sacrilège

IMPIÉTÉ

(in-pi-é-té) s. f.
Mépris pour les choses de la religion.
La grâce efficace n'a point été condamnée ; aussi est-elle si puissamment soutenue par saint Augustin, par saint Thomas.... que ce serait une impiété de la taxer d'hérésie [PASC., Prov. XVII]
Je ne vous parlerai que de Mme Voisin [l'empoisonneuse].... on la mit sur le bûcher, assise et liée avec du fer.... voilà la mort de Mme Voisin, célèbre par ses crimes et par son impiété [SÉV., 23 fév. 1680]
Ce temple l'importune, et son impiété Voudrait anéantir le Dieu qu'il a quitté [RAC., Ath. I, 1]
Rompez, rompez tout pacte avec l'impiété [ID., ib.]
Une impiété douce et oisive succéda à ces temps de trouble [la révolution anglaise], sous le règne de Charles II ; voilà comme tout change et que tout semble se contredire [VOLT., Mél. litt. lett. à M. ***, 1727]
Son impiété [du régent] était une sorte de superstition [DUCLOS, Mém. rég. Œuv. t. V, p. 202]
Il se dit aussi des choses. L'impiété de cette action.
Lui [Mardochée], fièrement assis et la tête immobile, Traite tous ces honneurs [rendus à Aman] d'impiété servile [RAC., Esth. II, 1]
Action, parole, sentiment contraire à la religion.
Ces dieux irrités Se vengent maintenant de vos impiétés [CORN., Œdipe, I, 6]
Ils ont fabriqué à dessein de certaines propositions pleines d'impiétés et de blasphèmes.... [PASC., Prov. XVII]
On sait ce qui arriva à Saül pour avoir lui-même violé l'ordonnance qu'il avait faite contre cette impiété [consulter les devins] [BOSSUET, Polit. VII, V, 15]
Faire des impiétés, dire des impiétés, faire des actions impies, tenir des discours impies.
Par extension, mépris des sentiments humains qui sont considérés comme une sorte de religion.
Et quelle impiété de haïr un époux Pour avoir bien servi les siens, l'État et vous ? [CORN., Hor. V, 3]
Pourrai-je toutefois vous faire une prière Digne d'un tel époux et digne d'un tel frère ? Je veux d'un coup si noble [le combat de parents] ôter l'impiété [ID., ib. II, 6]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E à nos impietez tu seras propicius [, Liber psalm. p. 82]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. impietat ; espagn. impiedad ; ital. empietà ; du latin impietatem, de impius, impie.

impiété

IMPIÉTÉ. n. f. Mépris pour les choses de la religion. Dieu voulut les punir de leur impiété. Il affiche l'impiété. Acte d'impiété. L'impiété de cette action révolte. Des discours pleins d'impiété.

Il signifie souvent Action, parole, sentiment qui dénote du mépris pour la religion. Commettre des impiétés. Dire des impiétés. Cet ouvrage renferme des impiétés.

Il signifie encore, par extension, Mépris pour des sentiments universellement respectés. Sa conduite à l'égard de son père fut une impiété.

impieté

Impieté, Impietas.

Synonymes et Contraires

impiété

nom féminin impiété
1.  Littéraire. Mépris pour la religion.
athéisme, irréligion.
2.  Littéraire. Action, parole impie.
Traductions

impiété

כפירה בעיקר (נ), כְּפִירָה בְּעִקָּר

impiété

impiety, profanity

impiété

empietà

impiété

impiedad

impiété

[ɛ̃pjete] nfimpiety