imprimé, ée

Recherches associées à imprimé, ée: imprimée

IMPRIMÉ, ÉE

(in-pri-mé, mée) part. passé d'imprimer
Qui a laissé une empreinte.
La Nouvelle-Zélande, la plus considérable de ces îles, est remplie de montagnes où l'on voit imprimées les traces des volcans éteints [RAYNAL, Hist. phil. X, 2]
Mes pas pressaient vos pas sur le sable imprimés [DUCIS, Abufar, I, 5]
Qui a reçu une impression en encre noire ou en couleur. Lithographie imprimée. Un châle imprimé. Mousseline imprimée.
Produit par l'imprimerie. Un livre imprimé.
Le Jonas inconnu sèche dans la poussière ; Le David imprimé n'a point vu la lumière [BOILEAU, Sat. IX]
Un auteur imprimé, un auteur dont le livre est imprimé.
Je m'imagine que le plaisir est grand de se voir imprimé [MOL., les Préc. 10]
Il a eu assez de réputation à Paris de son vivant ; il est vrai que, son mérite n'étant pas imprimé, pour parler comme M. Ménage, sa réputation n'a pu s'étendre [BAYLE, Dictionn. Spinoza, G, en note.]
S. m. Un imprimé.
S'il y a un imprimé de cette pièce [Esther] [SÉV., 28 janv. 1689]
Je vous enverrai un imprimé où sera votre lettre [BOSSUET, Lett. quiét. 118]
Et par là on épargne cette énorme quantité d'imprimés qui chez nous se vendent au poids pour servir d'enveloppes aux ballots [VOLT., Fragm. sur l'hist. art. 11]
Je copiai de ce manuscrit ce qui manquait dans les imprimés [P. L. COUR., Lettre à M. Renouard.]
Particulièrement. Une petite brochure ; une feuille volante.
Fig. Marqué. Le caractère imprimé à cet ouvrage, à ce monument.
Qui a fait marque dans l'esprit, dans la mémoire, etc.
Et peu d'hommes au cœur l'ont assez imprimée [cette vertu] Pour oser aspirer à tant de renommée [CORN., Hor. II, 3]
Il y aura toujours la raison et la vertu imprimées par la nature dans les cœurs des hommes ; s'ils abusent de leur liberté, tant pis pour eux [FÉN., Dial. des morts anc. 32]
J'en ai encore le souvenir vivement imprimé dans la mémoire, et je ne le perdrai jamais [BOURDAL., Exhort. char. envers un sémin. t. I, p. 158]
Qui a reçu une marque dans l'esprit, dans le cœur.
Le cerveau frappé, agité, imprimé, pour ainsi parler, par les objets [BOSSUET, Connais. III, 11]
Les hommes font plus facilement les mouvements qui se font en leur présence, sans doute parce que leur cerveau, imprimé du caractère de ce mouvement, est disposé par là à en produire un semblable [ID., ib. V, 5]
C'est que les hommes se trouvent souvent imprimés de certaines vérités fortes qu'ils ne suivent pas [ID., 2e instr. past. sur les prom. de l'Église, 3]
Être imprimé d'une chose, en avoir une forte impression (cette locution vieillit).
Et pourtant Trufaldin Est si bien imprimé de ce conte badin.... [MOL., l'Ét. III, 2]
Quelle facilité est la nôtre pour perdre tout d'un coup le sentiment, la mémoire des choses dont nous nous sommes vus le plus fortement imprimés ! [LA BRUY., Disc. de récept. à l'Acad.]