impuissant, ante

IMPUISSANT, ANTE

(in-pui-san, san-t') adj.
Qui n'a pas de puissance, de force.
Deux princes impuissants à te récompenser [CORN., Hér. V, 8]
Les démons qui sont impuissants pour le bien [PASCAL, Prov. XI]
.... Venez, madame, suivez-moi ; Ne craignez ni les cris ni la foule impuissante D'un peuple qui se presse autour de cette tente [RAC., Iph. V, 2]
Je crois qu'à mon exemple impuissant à trahir, Il hait à cœur ouvert ou cesse de haïr [ID., Brit. V, 1]
En parlant des choses, qui n'a pas d'effet, d'efficacité.
Pouvez-vous redouter sa haine renaissante, S'il est en votre main de la rendre impuissante ? [CORN., Rod. III, 4]
Après force vœux impuissants, Le héros dit : puisqu'en cette aventure Mourir nous est chose si sûre [LA FONT., Fianc.]
Tu céderas ou tu tomberas sous ce vainqueur, Alger, riche des dépouilles de la chrétienté.... dans ta brutale fureur, tu te tournes contre toi-même, et tu ne sais comment assouvir ta rage impuissante [BOSSUET, Marie-Thér.]
Ils me reprocheraient, non des cris impuissants, Mais des crimes pour vous commis à votre vue [RAC., Brit. IV, 2]
Et, sans renouveler ses assauts impuissants, Résolu de combattre, attendait les Persans [ID., Bajaz. I, 1]
En efforts impuissants leur maître se consume [ID., Phèd. V, 6]
Qui est affecté d'impuissance, inhabile à engendrer.
Un homme qui avait épousé une riche héritière se trouvait impuissant [FÉN., Solon.]
L'aîné [des Coislin] était impuissant, celui-ci [l'abbé] en était fort soupçonné, et n'avait point de barbe [SAINT-SIMON, 46, 35]
L'archevêque et son parti déclarèrent le roi impuissant dans le temps qu'il était entouré de maîtresses [VOLT., Mœurs, 101]
Fig. Il se dit d'un auteur qui ne peut inventer, créer. Les critiques sont souvent impuissants. Substantivement. C'est un impuissant.
Ah ! doyen des ingrats, ce triste et froid discours Est d'un vieux impuissant qui médit des amours [VOLT., Dial. Pégase et vieillard.]

REMARQUE

  • Avec un verbe, impuissant prend la préposition à : impuissant à connaître ; avec un substantif les prépositions à et pour : impuissant pour le bien. Impuissant à était, à tort, regardé comme barbare par Bouhours, qui reprochait à messieurs de Port-Royal d'avoir mis dans la traduction de l'Imitation : impuissant à vous taire. Cette tournure excellente est aussi dans Corneille.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    L'heritier impuissant, c'est celui qui n'est pas en age d'aliener, ou qui a quelque autre empeschement qui luy oste la mesme faculté [, Nouv. coust. génér. t. II, p. 138]

ÉTYMOLOGIE

  • Im...., et puissant.