imputé, ée

IMPUTÉ, ÉE

(in-pu-té, tée) part. passé d'imputer
Terme de finance. Appliqué à un certain objet, en parlant d'une somme, d'une valeur.
Fig. Action imputée, action dont nous avons la responsabilité en bien ou en mal.
Dans tous les systèmes, une action qui n'est pas volontaire n'est pas libre, et conséquemment ne peut être imputée [BONNET, Ess. analyt. âme, ch. 19]
Attribué à.
Les amours imputés aux dieux ne furent point un objet d'adoration [VOLT., Pol. et législ. Œuv. Diatr. à l'aut. des Éphém.]
Quelle connaissance certaine et utile peut-on tirer des aventures imputées à Caribert, à Chilpéric et à Clotaire ? il ne reste de ces temps misérables que des couvents fondés par des superstitieux, qui croyaient racheter leurs crimes en dotant l'oisiveté [ID., Mœurs, Rem. 1]
Mis à la charge comme digne de blâme. Une mauvaise action imputée à cet homme.