imputation

imputation

n.f.
1. Fait d'imputer, d'attribuer une faute à qqn : Cette imputation risque d'entacher son honneur accusation, allégation
2. Affectation d'une somme à un compte.

IMPUTATION

(in-pu-ta-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Terme de finance et de jurisprudence. Compensation d'une somme avec une autre ; déduction d'une somme, d'une valeur sur une autre. Faire, sur la quotité disponible, l'imputation d'un avancement d'hoirie. Imputation de payement, déduction d'une somme sur une autre ; compensation de créances réciproques.
Terme de théologie. L'application des mérites de Jésus-Christ.
Fig. Action d'imputer à quelqu'un une chose digne de blâme. La chose même, la faute que l'on impute.
Vous verrez dans Minutius Félix les imputations abominables dont les païens chargeaient les mystères chrétiens [VOLT., Dict. phil. Initiation.]
Parler le premier à Votre Majesté de toutes ces imputations odieusement absurdes, c'eût été en quelque façon leur donner du crédit [COLLÉ, Part. de chasse de Henri IV, I, 6]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    C'est en vain que nous sommes enseignés quelle est la vraie justice, jusques à ce que Jesus-Christ la nous donne tant par imputation gratuite qu'en nous regenerant par son esprit [CALV., Inst. 257]
    Par lui seul nous obtenons que nos pechés ne nous soient point imputés, desquels l'imputation emporte l'ire de Dieu [ID., ib. 387]
    Sa vertu [de Sénèque] paroist si vive et vigoreuse en ses escripts, et la deffense y est si claire à aulcune de ces imputations, comme de sa richesse et despense excessifve.... [MONT., III, 149]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. imputationem, de imputare, imputer.

imputation

IMPUTATION. n. f. Action d'imputer ou Résultat de cette action. Il s'est justifié des imputations dont ses ennemis l'avaient chargé. Imputation fausse, calomnieuse. Cette imputation n'est pas fondée. En termes de Finance et de Jurisprudence, L'imputation des sommes payées pour intérêt d'un capital qui n'en doit point produire se fait sur le capital même. Un débiteur de plusieurs dettes peut, lorsqu'il fait un paiement partiel, en déterminer lui-même l'imputation.

En termes de Théologie, Les protestants enseignent que nous ne sommes justifiés que par l'imputation des mérites de JÉSUS-CHRIST.

imputation


IMPUTATION, s. f. IMPUTER, v. act. [Inputa-cion, : 1re lon, dern. é fer. au 2d.] Imputer, est, 1°. dans le langage ordinaire, atribuer à quelqu'un quelque chôse de digne de blâme. "Ne m'imputez pas cette faûte. "L'Empereur craignoit que le Pape ne lui imputât le mauvais traitement que son Légat avoit reçu à cette Diette. P. Fabre. Il régit aussi de et l'infinitif. On lui impute d'avoir voulu corrompre des témoins. On dit, sans article: imputer à faûte, à déshoneur.
   Imputation, acusation faite sans preûve. "Faûsse imputation. "Il a montré la faûsseté de tant de noires imputations. = 2°. En termes de Finance, apliquer un payement à certaine dette. "Imputer une somme payée sur le principal, et non pas sur les intérêts. = Imputation, action d'imputer, dans les deux sens. "Justifiez-vous de ces horribles imputations qu'on vous a faites. "Imputation d'un payement sur le principal.

Synonymes et Contraires

imputation

nom féminin imputation
Fait d'imputer une faute à.
Traductions

imputation

האשמה (נ), טפילה (נ), שיווי (ז), שיוך (ז), הַאֲשָׁמָה, שִׁיּוּךְ

imputation

imputation

imputation

imputación

imputation

toerekening

imputation

imputação

imputation

καταλογισμός

imputation

归责

imputation

歸責

imputation

imputace

imputation

imputering

imputation

[ɛ̃pytasjɔ̃] nfcharge, imputation