incapable

incapable

adj. (de)
1. Qui n'est pas capable de faire qqch : Je suis incapable de taper un texte sans regarder le clavier inapte à ; apte à
2. Qui est dans l'impossibilité morale de faire qqch : Il serait incapable de faire du mal à un animal.
adj. et n.
Qui manque de capacité, d'aptitude, d'habileté : Il est paresseux et incapable borné, ignare, obtus bon à rien ; médiocre ; as, virtuose

INCAPABLE

(in-ka-pa-bl') adj.
Qui n'est pas susceptible de...., en un sens défavorable ou favorable. En un sens défavorable. Qui n'a pas la capacité pour certaines choses.
Il est savant, donc il est incapable d'affaires [LA BRUYÈRE, XII]
Jean son frère [du czar Pierre] de père et de mère, et incapable de tout [FONTENELLE, Czar Pierre]
J'ai vu des hommes incapables de sciences, je n'en ai jamais vu incapables de vertus [VOLT., Dict. phil. Philosophe, 1]
Pleins de courage et d'intrépidité, mais incapables de vues et de desseins [ANQUETIL, Ligue, I, 320]
Absolument. Qui est sans capacité ; malhabile. C'est un homme incapable. Substantivement. Donner les places aux incapables. En un sens favorable, incapable se dit de l'impossibilité morale où est un homme de faire quelque chose de mauvais, de blâmable.
D'un si lâche dessein mon âme est incapable [CORN., Cinna, III, 1]
Mon cœur plus incapable encor de vanité [ID., Théod. II, 2]
Des soldats incapables de peur [TRISTAN, Panthée, IV, 2]
Elle déclarait aux chefs des partis jusqu'où elle pouvait s'engager ; et on la croyait incapable ni de tromper ni d'être trompée [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Tout ce qui est mortel, quoi qu'on ajoute par le dehors pour le faire paraître grand, est, par son fond, incapable d'élévation [ID., Duch. d'Orl.]
Moi ! vouloir ton trépas ! va, j'en suis incapable [VOLT., Olymp. IV, 6]
Incapable à la fois de crainte et de fureur [ID., Henr. VI]
Qui n'est pas susceptible de...., en parlant des choses, qui n'a pas les conditions requises.
Mais quand je crois mon mal de secours incapable [ROTROU, Venceslas, III, 2]
Il y a des mots incapables d'être définis [PASC., Esprit géom. I]
La cause qui les [ces vérités] rend incapables de démonstration n'est pas leur obscurité, mais au contraire leur extrême évidence [ID., ib.]
Je ferais trop d'honneur à mon sujet si je le traitais avec ordre, puisque je veux montrer qu'il en est incapable [ID., Pensées, t. I, p. 268, éd. LAHURE]
Ces terres trop remuées et devenues incapables de consistance sont tombées de toutes parts [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Nos désirs, qui souvent se portent à des choses incapables de nous contenter [BOURD., Pensées, t. I, p. 378]
Aujourd'hui, par un faux purisme, on hésite à employer incapable en ce sens, et l'on dit non susceptible ; à tort, car l'usage des meilleurs écrivains et l'étymologie le justifient également.
Terme de jurisprudence. Qui est privé par la loi de certains droits, exclu de certaines fonctions.
Mme de Villeroy ne pouvait donner ou abandonner autre chose que ce qu'en acceptant la succession elle recevait, qui était la terre, non la dignité, dont son sexe la rendait incapable [SAINT-SIMON, 64, 60]
Substantivement. Un incapable. Une disposition au profit d'un incapable est nulle.
Qui n'est pas en état de faire une chose. Il est incapable de se tenir debout.
Nous sommes incapables de ne pas souhaiter la vérité et le bonheur ; nous sommes incapables et de certitude et de bonheur [PASC., Pensées, part. II, art. 1]
Qui est dans une situation, dans une disposition qui ne lui permet pas certaines choses.
Le chevalier est toujours dans sa chambre et dans son fauteuil ; cet état, qui le rend incapable d'aller à Versailles, lui donne un chagrin extrême [SÉV., 506]
Le seul chanoine Évrard, d'abstinence incapable, Ose encore proposer qu'on apporte la table [BOILEAU, Lutr. IV]
Si les ecclésiastiques sont incapables de faire leur charge, ils sont inexcusables d'avoir accepté une charge si importante et dont ils ne peuvent pas s'acquitter [, Port-Royal, Logique, III, 3]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Impetuosité de cholere incapable d'opposition. - Se sentir incapable de faire une chose [MONT., I, 41]
    Il fut declaré roturier et incapable de porter armes [ID., I, 56]
    Ame incapable de se rendre à la violence [ID., I, 198]
    Je ne donne pas ces fantaisies comme incapables de doute et d'altercation [ID., I, 401]
    Les incapables de sagesse [CHARRON, Sagesse, II, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • In.... 1, et le lat. capabilis (QUICHERAT, Addenda), signifiant au propre qui peut être contenu, et, figurément, susceptible de. Notre incapable dérive de ce sens figuré, qui donne la clef de la série des sens français.

incapable

INCAPABLE. adj. des deux genres. Qui n'est pas capable, qui n'est pas en état de faire une chose. Il est incapable de se tenir debout, de marcher, de courir. Il est incapable de porter un si lourd fardeau.

Il signifie aussi Qui est dans une disposition, dans une situation qui ne lui permet pas certaines choses. Sa mauvaise santé le rend incapable de toute attention. Dans ses accès de colère, il est incapable de raison.

Il signifie particulièrement Qui n'a pas la capacité, le talent, l'aptitude, l'adresse nécessaire pour certaines choses. Il est absolument incapable d'exercer son emploi. Cet écolier est incapable d'application. Absolument, C'est un homme incapable, tout à fait incapable. C'est l'homme du monde le plus incapable. Substantivement, C'est un incapable. Ce sont des incapables.

Il se dit également, dans un sens favorable, en parlant d'une Personne qui est tellement fortifiée dans une habitude qu'elle ne peut rien faire qui y soit contraire. C'est un homme incapable de manquer à sa parole. Il est incapable d'une mauvaise action. Il est incapable de bassesse, de lâcheté.

En termes de Jurisprudence, il se dit de Celui que la loi prive de certains droits ou qu'elle exclut de certaines fonctions. Un mineur est incapable de disposer de son bien entre vifs. On l'a déclaré incapable de remplir aucune fonction publique. Être incapable de tutelle et de curatelle. En ce sens, on l'emploie quelquefois absolument et substantivement. Toute disposition au profit d'un incapable est nulle.

Il signifie en outre, en parlant des Choses, Qui n'a pas les qualités et les conditions nécessaires pour quelque chose Son estomac est incapable de digérer les aliments les plus légers. Une terre incapable de rien produire. Cet arbre est incapable de porter de bon fruit.

incapable


INCAPABLE, adj. INCAPACITÉ, s. f. [3e dout. au 1er, dern. e muet au 1er, é fer. au 2d.] Incapable, qui n'est pas capable. Il a tous les sens et les régimes du simple. "Un mineur est incapable de disposer de son bien. "Sa mauvaise santé le rend incapable d' aplication. "Il est incapable de vigilance, de veiller, de pourvoir à, etc. "Son estomac est incapable de digérer les alimens les plus légers. — On le dit du mal comme du bien. "Il est incapable de lâcheté, d'une mauvaise action; de manquer à sa parole. = Sans régime, il signifie mal-habile. "C'est l'homme du monde le plus incapable. = Incapacité n'a que ce dernier sens. Son incapacité est reconue. — Au Palais, il régit de et l'infinitif. "Quand il y a incapacité de doner de la part du Testateur, la reconoissance d'une dette, qui n'est point établie dailleurs, est inutile. Cochin.

Synonymes et Contraires

incapable

adjectif incapable

incapable

nom incapable
Personne incompétente.
bon à rien, ignare, ignorant, mauvais, nul, nullité, raté -familier: ganache, minable, nullard, propre-à-rien, zéro -populaire: jean-foutre.
expert, génie -familier: as, champion, crack -littéraire: lumière.
Traductions

incapable

unfähig, unvermögendonbekwaamincapable, unable, dudאימפוטנט (ז), בלתי כשיר (ת), קנה רצוץ (ז), בִּלְתִּי כָּשִׁירعاجزανίκανοςnekapablaincapazsaamatu, suutmatu, võimetuincapace, fasullo, inetto, scarto無能な산유능incapazнеправомочнаяoduglingнездатний無法 (ɛ̃kapabl)
adjectif
qui ne sait pas ou ne peut pas faire qqch Il est incapable de faire ce travail. Elle est incapable de faire du mal.

incapable

[ɛ̃kapabl] adj
(= inapte) → incapable
être incapable de faire → to be incapable of doing
(= empêché) → unable
être incapable de faire → to be unable to do