incliné, ée

INCLINÉ, ÉE

(in-kli-né, née) part. passé d'incliner
Qui fait un angle par rapport à une certaine direction.
Cette ligne, qui fait le milieu de la bande du nouveau continent, est inclinée à l'équateur d'environ 30 degrés [BUFF., Hist. nat. preuves théor. terre, Œuvres, t. I, p. 301]
Un hexaèdre rhomboïdal dont les quatre faces sont inclinées relativement à leurs bases [ID., Min. t. VI, p. 94]
En mécanique, plan incliné, plan qui n'est ni horizontal ni vertical, et qui, détruisant une partie du poids des corps, aide à monter les lourds fardeaux.
Il n'y a que trois machines simples, les cordes, le plan incliné et le levier [FRANCŒUR, Mécanique, I, 3]
Plan incliné, se dit dans les arts pour talus. Terme de géologie. Stratification inclinée, celle des massifs dont les couches sont fort obliques ou presque verticales. Terme de botanique. Tige inclinée, tige des plantes, quand elle s'élève en décrivant une courbe bien prononcée, dont la convexité regarde le ciel. Il ne faut pas confondre incliné avec décliné, qui ne s'applique qu'aux organes sexuels, étamines et style. Urne inclinée, urne des mousses se penchant vers la terre par l'effet de la flexion du pédicule. Terme d'entomologie. Aile inclinée, aile des insectes dont le sommet est comme pendant.
Courbé vers la terre, en parlant du corps ou de parties du corps.
Le vautour, dont la situation est à demi horizontale, semble marquer la bassesse de son caractère par la position inclinée de son corps [BUFF., Ois. t. I, p. 206]
Mlle de la Fayette, toujours à genoux, priant avec ferveur et profondément inclinée [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 277, dans POUGENS]
Me voici sous vos coups humblement inclinée [DUCIS, Lear, III, 5]
Près d'un ruisseau rapide, Vers la France entraîné, Il s'assied l'œil humide Et le front incliné [BÉRANG., Exilé.]
Ne levez point vos yeux vers la terre inclinés [C. DELAV., Paria, II, 1]
Qui a du penchant pour. Incliné au mal.