inconsidéré, ée

Recherches associées à inconsidéré, ée: inconsidérable, inconsidération

INCONSIDÉRÉ, ÉE

(in-kon-si-dé-ré, rée) adj.
Qui n'est pas considéré, examiné, qui a la marque de l'imprudence, en parlant des choses.
Vous trouverez dans ce fond [de l'âme] un secret orgueil qui vous fait dédaigner tout ce qu'on vous dit et tous les sages conseils ; vous trouverez un esprit de raillerie inconsidérée qui naît parmi l'enjouement des conversations [BOSSUET, la Vallière.]
Elle rougissait d'apprendre à celui qui ne l'aimait peut-être plus la démarche inconsidérée qu'elle avait faite pour lui [STAËL, Corinne, XVII, 6]
Qui ne considère pas, n'examine pas, qui est imprudent, en parlant des personnes.
Ce ne sont point esprits qu'une vague licence Porte inconsidérés à leurs contentements [MALH., VI, 10]
Et selon la sagesse et discrétion qu'ils [les gens du monde] remarquent dans les unes [religieuses], ils prennent de fort mauvaises impressions de celles qu'ils voient trop libres, plus inconsidérées et mondaines dans leurs paroles [BOSSUET, Sermons, Sur le silence, 2]
Substantivement. Un inconsidéré.
Une inconsidérée Cela les fait paraître moins importuns et plus désintéressés que les inconsidérés et les étourdis [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 179 dans POUGENS]

SYNONYME

  • INCONSIDÉRÉ, INCONSÉQUENT. Depuis quelque temps le langage ordinaire a donné à inconséquent et inconséquence une signification très voisine d'inconsidéré, inconsidération. Outre la différence étymologique qui exprime dans l'un le manque de conséquence, et dans l'autre le manque de réflexion, l'usage attache plus de gravité à l'inconséquence qu'à l'inconsidération ; l'inconséquence compromet davantage.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Evite les destroits d'avarice insaciable et le naufrage inconsideré d'offension de voysins [J. LEMAIRE, Pallas parlant à Pâris.]
  • XVIe s.
    Se precipiter en des entreprises inconsiderées [LANOUE, 182]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. inconsideratus, de in.... 1, et consideratus, considéré.