incontinence

incontinence

n.f.
1. Absence de modération dans les paroles ; tendance à parler à tort et à travers : Incontinence verbale.
2. En médecine, évacuation involontaire de selles ou d'urine.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

incontinence

(ɛ̃kɔ̃tinɑ̃s)
nom féminin
médecine fait d'uriner involontairement souffrir d'incontinence
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

INCONTINENCE

(in-kon-ti-nan-s') s. f.
Incapacité de retenir ; sens propre qui n'est conservé qu'en médecine : écoulement ou émission d'une matière excrémentitielle, liquide ou solide, malgré la volonté ou sans qu'on s'en aperçoive. Incontinence d'urine.
Fig. Incontinence de la langue, incontinence de langue, propension trop grande à parler.
Fig. et particulièrement. Vice opposé à la vertu de continence.
L'incontinence seule sépara Henri VIII de l'Église catholique [MAUCROIX, Schisme, liv. I, dans RICHELET]
Ils paraissent épuisés de leurs incontinences [VAUVENARGUES, Les jeunes gens.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Moult blasment nos incontinences, Nos outrages et nostre orgueil [GAUTIER DE COINSI, dans le Dict. de DOCHEZ.]
  • XIVe s.
    En injustice et en couardie et en incontinence [ORESME, Eth. 47]
  • XVIe s.
    Ayant experimenté l'incontinence de ma langue [MONT., II, 36]
    Il verra encore de belles leçons pour attiser l'incontinence, qui n'est que trop enflammée es poictrines des jeunes [LANOUE, 141]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. incontinenza ; esp. incontinencia ; ital. incontinenza ; du lat. incontinentia, de incontinens, incontinent.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

incontinence

INCONTINENCE. n. f. Difficulté de se contenir, particulièrement dans l'ordre de la chasteté. Être adonné à l'incontinence. Son incontinence fut cause de sa perte. Il a ruiné sa santé par son incontinence. Par extension, Incontinence de parole.

Spécialement, en termes de Médecine, Incontinence d'urine, Émission involontaire de l'urine.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

incontinence

Incontinence, Incontinentia.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

incontinence


INCONTINENCE, s. fém. INCONTINENT, ENTE, adj. INCONTINENT, adv. [Inkontinance, nan, nante, nan: 2e et 4e lon. 5e e muet.] Incontinence est le vice oposé à la continence. Incontinent, qui n'a pas la vertu de continence. "Son incontinence a été la caûse de sa perte. "C'est un homme incontinent. = L'adject. est moins usité que le substant.
   INCONTINENT, adv. de tems. Aussi-tôt, au même instant. "Dès qu'il eut reçu cet avis, il partit incontinent. = Bientôt: "Trois heures soneront incontinent. = Tout de suite. "Je vous parlerai incontinent après. = L' Auteur des Réflexions, etc. trouvait que c'était fort mal à propôs qu'on avait du dégout pour cet adverbe. Dans le Dict. Gram. on dit qu'il est vieux, et qu'on ne s'en sert guère plus. L'Acad. le met sans remarque. On peut dire qu'il n'est que de la conversation, et qu'il n'entre point dans le beau style.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

incontinence

הרטבת לילה (נ), הַרְטָבַת לַיְלָה

incontinence

incontinence

incontinence

incontinenza

incontinence

Inkontinenz

incontinence

incontinentie

incontinence

尿失禁

incontinence

inkontinence

incontinence

요실금

incontinence

inkontinens

incontinence

[ɛ̃kɔ̃tinɑ̃s] nf (MÉDECINE)incontinence
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005