indifférence

(Mot repris de indifférences)

indifférence

n.f.
État d'une personne indifférente ; absence d'intérêt pour qqch : J'avoue mon indifférence pour les sciences occultes désaffection, désintérêt, détachement ; intérêt froideur

INDIFFÉRENCE

(in-di-fé-ran-s') s. f.
L'état d'une personne indifférente.
Cette indifférence que je sens lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d'aucune raison, est le plus bas degré de la liberté [DESC., Médit. IV, 7]
Ils ont tous deux leur compte, et, sur cette assurance, Ils tiennent le passé dans quelque indifférence [CORN., Mél V, 6]
L'indifférence qu'ils ont pour la vérité, fait que non-seulement ils ne prennent aucune part à sa défense, mais qu'ils voient même avec peine qu'on s'efforce de détruire le mensonge [PASC., Prov. X]
Il n'avait pas de ces froides indifférences ni de ces faibles ménagements qui font qu'on abandonne les affaires d'autrui, pour ne s'en pas faire à soi-même [FLÉCH., Duc de Mont.]
D'où vient que, pour son Dieu pleine d'indifférence, Jérusalem se tait en ce pressant danger ? [RAC., Athal. III, 8]
La grâce [selon Malebranche] ne fait que mettre l'homme en équilibre et en indifférence entre le bien et le mal [FÉN., t. III, p. 268]
D'un œil d'indifférence il a vu le supplice [VOLT., Orphel. IV, 2]
Au demeurant, disposez du peu qui reste à exécuter comme il vous plaira ; cela m'est de la dernière indifférence [DIDER., Lett. à M. Lecheton.]
Je n'eus jamais d'indifférence Pour la gloire du nom français [BÉRANG., Ma dern. chanson.]
Bientôt ses actions [de Napoléon] démentirent ses paroles, et chacun s'étonna de son indifférence à donner des ordres pour un si grand établissement [SÉGUR, Hist. de Nap. V, 1]
Indifférence des religions, indifférence en matière de religion, indifférence religieuse, et, absolument, indifférence, état d'une personne qui, ne s'attachant à aucune religion, les met toutes au même rang.
Quand on aura accordé au commentateur qu'il faut laisser croire et prêcher tout ce qu'on voudra, alors il demandera, sans plus de façon, l'indifférence des religions, c'est-à-dire qu'on n'exclue personne du salut et que chacun règle sa foi par sa conscience [BOSSUET, 6e avert. 93]
Chercher un repos funeste et une entière indépendance dans l'indifférence des religions ou dans l'athéisme [ID., Reine d'Angl.]
De l'indifférence en matière de religion, Titre d'un ouvrage de l'abbé de Lamennais.
C'est toi qui l'as nommé, docte abbé : notre mal et le tien, l'indifférence pour la religion ; il en a fait un livre, comme ces médecins qui composent des traités sur une maladie dont eux-mêmes sont atteints, et en raisonnent d'autant mieux [P. L. COUR., Lett. VIII]
Terme de philosophie. Liberté d'indifférence, liberté que laisse l'indifférence.
Il parait probable que nous avons la liberté d'indifférence dans les choses indifférentes ; car qui pourra dire que Dieu ne nous a pas fait ou n'a pas pu nous faire ce présent ? [VOLT., Phil. Newt. part. I, ch. 4]
La liberté qu'on nomme d'indifférence est un mot sans idée, une absurdité, car ce serait se déterminer sans raison, ce serait un effet sans cause [ID., Dict. phil. Philosophie, IV]
État de l'âme d'une personne qui n'est point sensible à l'amour.
Au contraire, pour tous dedans l'indifférence, Elle n'ôte à pas un ni donne l'espérance [CORN., Cid, I, 1 (1res édit.)]
. N'y portez, s'il se peut, que de l'indifférence [ID., Suréna, I, 3]
Sévigné, de qui les attraits Servent aux grâces de modèle, Et qui naquîtes toute belle à votre indifférence près [LA FONT., Fabl. IV, 1]
L'indifférence est le sommeil de l'âme [FAVART, Soliman II, III, 9]
Vous la verrez sans doute avec indifférence [VOLT., Zaïre, IV, 7]
Terme de chimie. État d'un corps dont les affinités chimiques sont satisfaites, et qui n'a plus de tendance à se combiner à d'autres éléments.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. indifferentia, de indifferens, indifférent.

indifférence

INDIFFÉRENCE. n. f. État d'une personne indifférente. Sous cet air d'indifférence, il cache beaucoup d'ambition. Affecter de l'indiffèrence pour quelque chose. Il fut navré de l'indifférence que lui montrèrent alors ses prétendus amis. Il est dans une indifférence générale pour les choses du monde. L'indifférence religieuse, ou L'indifférence en matière de religion. L'indifférence en matière politique.

Liberté d'indifférence, État d'une âme libre de choisir entre deux partis, parce qu'aucun motif ne la fait pencher vers l'un plutôt que vers l'autre.

En termes de Philosophie, État d'indifférence, État mental qui ne contient ni plaisir ni douleur.

INDIFFÉRENCE se dit particulièrement en parlant d'une Personne qui n'est point sensible à l'amour. Être, vivre dans l'indifférence. Vaincre l'indifférence d'une maîtresse. Elle a pour lui la plus complète indifférence. Il ne la voit pas avec indifférence. Le calme de l'indifférence.

Traductions

indifférence

disregard, indifference, unconcern, detachmentאדישות (נ), התעלמות (נ), חוסר עניין (ז), קרירות (נ), שוויון נפש (ז), חֹסֶר עִנְיָן, הִתְעַלְּמוּתonverschilligheid, gebrek aan belangstellingDesinteresseαδιαφορία冷漠ligegyldighed무관심likgiltighetиндифферентность (ɛ̃difeʀɑ̃s)
nom féminin
fait de ne pas s'intéresser à ce qui se passe

indifférence

[ɛ̃difeʀɑ̃s] nfindifference