indigent, ente

INDIGENT, ENTE

(in-di-jan, jan-t') adj.
Qui manque des choses utiles à la vie.
Dépenser à peine deux mille francs par an pour sa personne, et en donner plus de vingt mille à des familles indigentes [VOLT., Lett. d'Argenson, 8 août 1743]
La plupart, indigents au milieu des richesses, Achètent l'abondance à force de bassesses [GILBERT, 18e siècle.]
C'est là, cachant son sort, que sa vertu tranquille D'un vieillard indigent a partagé l'asile [DUCIS, Lear, I, 4]
Le ministre d'un Dieu qui vécut indigent [M. J. CHÉN., Fén. III, 1]
Fig.
Je pourrais vous faire convenir que le jargon d'une petite province, mêlé de chaldéen, de phénicien et d'arabe, était une langue aussi indigente et aussi rude que notre ancien gaulois [VOLT., Lett. Pinto, 21 juill. 1762]
S. m. et f. Un indigent. Une indigente.
Ôtez-nous de ces biens l'affluence impotune, Dirent-ils l'un et l'autre : heureux les indigents ! [LA FONT., Fabl. VII, 6]
C'est aux pauvres et aux indigents, qui portent la marque du Fils de Dieu, qu'il appartient proprement d'y être reçus [dans la cité de Dieu] [BOSSUET, Sermons, Sept. 1]
Mais, quoi ! cet indigent, ce mortel famélique, Cet objet dégoûtant de la pitié publique, D'un cadavre vivant traînant le reste affreux [VOLT., Disc. 1er.]
....L'indigent espère en vain du sort ; En espérant toujours il arrive à la mort [A. CHÉN., Idylles, Mendiant.]
Si pauvre et généreux son cœur vient de souffrir Aux cris d'un indigent qu'il n'a pu secourir [ID., Élég. XX]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et à celui qui est indigent ou souffreteus, l'en doit donner plus du gaing ou du profist [ORESME, Eth. 266]
    La despense ne soit tenue Si grande com ta revenue Pour doubte d'aucun accident ; Car lors seroies indigent, Si ta despense estoit pareille à revenue.... [E. DESCH., Miroir de mariage, p. 68]
  • XVIe s.
    Il n'est pas possible que celuy secoure beaucoup d'indigens, qui lui mesme est indigent de beaucoup de choses [AMYOT, Arist. et Cat. 8]
    Prions aux dieux qu'ilz nous pardonnent ceste offense, d'avoir seulement jetté Marius indigent et nud hors de nostre ville [ID., Marius, 70]
    Nostre langue vulgaire n'est tant vile, tant inepte, tant indigente et à mespriser que ilz l'estiment [RAB., Pant. V, Prol.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. indigentem, part. présent de indigere, fermé de indu, endo, à l'intérieur, et egere, manquer, avoir besoin.