indompté, ée

INDOMPTÉ, ÉE

(in-don-té, tée ; le p ne se fait pas sentir) adj.
Qui n'est point dompté, ou qui n'a pu être encore dompté.
Rendre docile au frein un coursier indompté [RAC., Phèdre, I, 1]
Fougueux, emporté. On l'attacha à la queue d'un cheval indompté.
Qui n'a pas été subjugué.
Les filles de l'Égypte à Suse comparurent ; Celles même du Parthe et du Scythe indompté Y briguèrent le sceptre offert à la beauté [RAC., Esth. I, 1]
Qui n'a pas été subjugué moralement.
Les droits de la victoire ont quelque liberté Qui ne saurait déplaire à notre âge indompté [la jeunesse] [CORN., Sophon. IV, 3]
On portera le joug désormais sans se plaindre ; Et les plus indomptés, renversant leurs projets, Mettront toute leur gloire à mourir vos sujets [ID., Cinna, V, 3]
Afin que vous daigniez vous-même venir à son secours, mettre un frein à ses passions indomptées, éclairer ses erreurs [MASS., Carême, Prière 1]
Mais enfin c'est à toi d'essayer désormais Sur ce cœur indompté la force des bienfaits [VOLT., Alz. IV, 2]
Qui ne peut être contenu, réprimé. Orgueil indompté.
Nous ferons bien changer ce courage indompté [CORN., Nicom. III, 1]
Un courage indompté, dans le cœur des mortels, Fait ou les grands héros ou les grands criminels [VOLT., Rome sauv. V, 3]
Substantivement.
Ce grand, cet indompté n'a plus de Déjanire [ROTR., Herc. mour. II, 2]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ha ! je mourray plustost, et ma dextre indontée Flechira par mon sang le ciel traistre et jaloux [DESPORTES, Diane, II, 72]
    Et le vaillant Caton d'un esprit indonté [ID., Cléonice, X]
    Comme un champ libre et indompté porte les herbes plus gaillardes [MONT., I, 381]

ÉTYMOLOGIE

  • In.... 1, et dompté.