inespéré, ée

INESPÉRÉ, ÉE

(i-nè-spé-ré, rée) adj.
Qui n'est pas espéré.
Le choix qu'il [votre esprit] vous a fait faire de trois ou quatre paroles, avec lesquelles votre dernière lettre m'a semblé plus obligeante que les autres, a produit en moi des contentements inespérés [VOIT., Lett. 61]
Les biens inespérés que le ciel vous envoie [CORN., Héracl. III, 2]
Les succès inespérés de Luther dont il avait été ébloui d'abord et qu'il [Mélanchthon] prenait avec tous les autres pour une marque du doigt de Dieu, n'eurent plus pour lui qu'un faible agrément, lorsque le temps lui eut découvert les véritables causes de ces grands progrès et leurs effets déplorables [BOSSUET, Var. V, 1]
La grâce inespérée d'un beau jour d'hiver [ID., Mar.Thér.]
Il [le grand Condé] savait que tout ce qui est soudain et inespéré transporte les hommes [VOLT., Louis XIV, 5]
Inattendu.
D'où [le sol s'affaissant] s'ensuit la ruine infaillible et inespérée de tout l'édifice [DESC., Rem. sur les 7es obj. 58]

SYNONYME

  • INESPÉRÉ, DÉSESPÉRÉ. Ces deux mots signifient l'espoir perdu ; mais inespéré le signifie pour le passé, et désespéré eu égard à l'avenir ; désespéré se dit parce qu'il ne reste actuellement aucun espoir, et inespéré parce que l'espoir était perdu et qu'il est revenu : un bonheur inespéré, une situation désespérée.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je sens ce proufit inesperé de la publication de mes mœurs, qu'elle me sert aulcunement de regle [MONT., IV, 113]

ÉTYMOLOGIE

  • In.... 1, et espéré.