infatué, ée


Recherches associées à infatué, ée: gerbier

INFATUÉ, ÉE

(in-fa-tu-é, ée) part. passé d'infatuer
On voit tant de gens infatués des folies de l'astrologie judiciaire, [, Logigue de Port-Royal, p. 4, dans POUGENS]
Il ne vous connaît plus ; et comment vous connaîtrait-il, puisque, infatué de sa nouvelle grandeur, il ne se connaît plus lui-même ? [BOURDAL., Pensées, t. II, p. 304]
Être infatué de soi, et s'être fortement persuadé qu'on a beaucoup d'esprit, est un accident qui n'arrive guère qu'à celui qui n'en a point, ou qui en a peu [LA BRUY., V]
Je ne suis pas assez infatué d'un grand nom, pour croire que tous les égards lui soient dus ? [MARIV., Paysan parv. 7e part.]