infinitif

infinitif

n.m. [ du bas lat. infinitivus [modus] ]
En grammaire, forme nominale du verbe, ne portant pas de marque de nombre ni de personne : Dans les entrées d'un dictionnaire, les verbes sont donnés à l'infinitif. Dans « le boire et le manger » les infinitifs sont utilisés comme des noms.

infinitif, ive

adj.
Caractérisé par l'emploi de l'infinitif : Tournure infinitive.
Proposition infinitive,
subordonnée complétive dont le verbe est à l'infinitif (on dit aussi une infinitive) : La phrase « je vois les oiseaux s'envoler » contient une infinitive.

INFINITIF

(in-fi-ni-tif) s. m.
Terme de grammaire. Mode des verbes qui exprime l'état ou l'action, sans déterminer ni le nombre ni la personne. Aimer est l'infinitif du verbe dont j'aime est l'indicatif présent. Un verbe à l'infinitif. Le boire est un infinitif employé comme substantif. Adjectivement. Le mode infinitif.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Uses donques hardiment de l'infinitif pour le nom, comme l'aller, le chanter, le vivre, le mourir [DU BELLAY, Illust. de la langue franç. II, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. infinitiu, enfenitiu ; espagn. et ital. infinitivo ; du latin infinitivus, de infinitus, indéfini, c'est-à-dire impersonnel ; c'est en effet le sens de l'infinitif pour les anciens, qui y comprenaient le participe.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • INFINITIF. Ajoutez :
  • Proposition infinitive, nom donné à cette sorte de proposition dont le verbe est à l'infinitif : Vous croyez avoir été trompé. Avoir été trompé est une proposition infinitive équivalente à la proposition que vous avez été trompé.
  • Construction infinitive, construction où le verbe est à l'infinitif.

infinitif

INFINITIF. n. m. T. de Grammaire. Forme verbale qui exprime l'action ou l'état d'une façon abstraite. Aimer est l'infinitif du verbe dont j'aime est le présent. Un verbe à l'infinitif. Le présent de l'infinitif. L'infinitif peut être considéré comme le nom verbal. Adjectivement, Le mode infinitif.

infinitif


INFINITIF, s. m. C'est, en Gramaire, un mode des verbes, ainsi apelé, parce qu'il exprime d'une manière indéfinie, sans aucun raport de nombres, ni de persones: aimer Dieu, lire un livre. = 1°. On peut dire qu'il se décline comme les noms. Nominatif. "Aimer Dieu est notre premier devoir. Lire est une utile ocupation. — Génitif. "J'ai envie de lire. — Datif, je passe mon tems à lire. — Acusatif. "Je veux lire. — Ablatif; je viens de lire. = 2°. De, avec l'infinitif, se met quelquefois à la tête de la phrâse. "De vous dire que tout cela se passe sans larmes, il n'est pas possible. SÉV. "De violer des traités écrits et confirmés par serment, tout homme... devroit en avoir honte et horreur. Moreau. Dans ce tour, en est nécessaire. C'est la même construction que celle qui est citée au mot IL. Rem. I. Elle rompt un peu l'uniformité de la construction française. = Dans le style plaisant, de et l'infinitif s'emploient sans être régis par rien, et expriment un présent ou un imparfait de l'indicatif.
   Grenouilles aussî-tôt de sauter dans les ondes,
   Grenouilles de rentrer dans leurs grotes profondes.
       La Font.
  Souris de revenir, femme d'être en posture, etc.Id.
c. à. d. les grenouilles sautent, rentrent, etc. Les souris reviènent, etc. La femme se remet en postûre, etc. "On ajoûte qu'il y avoit 200 litières (au siège d'Orange) et de rire. Sév. c. à. d. on riait. — Il peut même exprimer un futur. "Alors hurlemens de cesser, pantomimes lugubres de disparoître, larmes comiques de tarir: on aura honte d'avoir aplaudi à des comédies larmoyantes~. Sabat. c. à. d. cesseront, disparaîtront, tariront, etc. = La prép. de devant l'infinitif se met plus régulièrement à la place du Gérondif. "Vous êtes bien cruel à vous-même de vous refuser (en vous refusant) ces adoucissemens. "Vous avez fait une action généreuse de leur donner (en leur donant) un azyle dans votre nouvel établissement. Télém. = 3°. L'infinitif, précédé de la prép. à, se met aussi quelquefois à la tête de la phrâse, comme les ablatifs absolus des Latins. "À~ tout prendre, il en arrive à-peu-près comme au jeu, où le plus habile l'emporte à la longue. "À~ ne regarder que les rencontres particulières, la fortune semble seule décider de l'établissement et de la ruine des Empires. = L'infinitif s'emploie même de la sorte sans préposition. "Faire périr le Roi, ou le rétablir, il n' y avoit pour elle qu'un de ces deux partis à prendre. Rayn. "Avoir tant travaillé; et tout se termine non à vivre, mais à mourir dans la splendeur. Neuville. = Ces infinitifs sans préposition s'emploient sur-tout en exclamation. "Quoi, disois-je, tirer un homme de sa Patrie... et puis l'abandoner dans cette isle déserte pendant son sommeil! Télém. "Traduire Milton en vers! Mais n'est-ce pas une entreprise peut être impossible? l'Ab. de Fontenai. Ou en interrogation: "Quel usage plus doux et plus flateur pourriez-vous faire de votre élévation et de votre opulence? Vous atirer des hommages. Mais l'orgueil lui-même s'en lasse. Comander aux hommes et leur doner des loix? Mais ce sont-là les soins de l'autorité, ce n' en est pas le plaisir, etc. Massill. = 4°. L'infinitif sert quelquefois de sujet à la phrâse.
   Vivre, sans se conaitre, est un trop dur suplice.
       L. Rac.
Mais il n'y a pas beaucoup d'ocasions, où l'infinitif puisse être ainsi le nominatif du verbe, et je ne conseillerais pas d'imiter l'exemple suivant. "Soufrir sur le trône un usurpateur si monstrueux, sembloit déshonorer la Nation. H. d'Angl. Il faut alors se servir de c'est, et dire, par ex. "Soufrir, etc. c'étoit déshonorer, etc. — L'Acad. dans ses sentimens sur le Cid, reprend ce vers de Corneille.
   Et paroître à la Cour eût hazardé ma tête.
Il falait, dit-elle, dire: ç'eût été hazarder, etc. Car on ne peut faire un substantif de paraître pour régir eut hazardé. - C'est a même cet emploi, quoique l'infinitif soit précédé de la prép. de: "Il est évident que de laisser les crimes impunis, c'est les multiplier. "De vous dire à présent s'il y a plus de gens à lier dans un pays que dans l'aûtre, c'est ce que mes faibles lumières ne me permettent pas. Volt.
   Rem. Plusieurs infinitifs de suite rendent ordinairement la phrâse dûre. "Je veux aller faire sentir, etc. Cependant, quand ces infinitifs ne sont pas régis l'un par l'aûtre, ils ne sont pas désagréables. "Vous l'avez vu rougir, pâlir, trembler, gémir, menacer, prier, etc.

Traductions

infinitif

Infinitiv, Grundform, Nennform, zuinfinitief, onbepaalde wijs, onbepaaldewijs, teinfinitive, toמקור מוללט (ז), שם הפועל (ז)infinitivoinfinitivo, partícula de infinitivoinfinito, di不定詞, 不定詞の前に用いられるαπαρέμφατο, ναلِ, مَصْدَرٌinfinitiv, kat, infinitivinfinitiiviinfinitiv, za부정사, 부정사용법å, infinitivbezokolicznik, nie tłumaczy się na język polskide, infinitivoнеопределенная форма глаголаatt, infinitivที่จะ, รูปกริยาที่ตั้งต้นด้วย ton/a, sonsuzdùng để đứng trước một động từ chưa chia, nguyên thể不定词, 用于动词不定式之前инфинитив (ɛ̃finitif)
nom masculin
forme non conjuguée du verbe

infinitif

[ɛ̃finitif, iv]
adjinfinitive
nminfinitive