informé, ée

INFORMÉ, ÉE

(in-for-mé, mée) part. passé d'informer
Informé du grand bien qui lui tombe en partage, Dois-je prendre le soin d'en savoir davantage ? [MOL., Sgan. 1]
Après qu'il [Luther] eut été cité à Rome, en formant son appel du pape mal informé au pape mieux informé, il ne laissait pas de dire que l'appellation, quant à lui, ne lui semblait pas nécessaire [BOSSUET, Var. I, § 23]
Être bien, mal informé, avoir de bonnes, de mauvaises informations.
Et voilà comme les curieux sont toujours les plus mal informés ! [MAINTENON, Lett. à l'abbé Testu, t. I, p. 66, dans POUGENS]
Séjan pour un ministre est bien mal informé [M. J. CHÉN., Tibère, IV, 1]
Absolument.
C'était une femme qui avait bec et ongle, très éloignée d'aucune bassesse, assez informée, mais qui aimait fort le jeu [SAINT-SIMON, 211, 99]
S. m.Terme de jurisprudence criminelle. Un plus ample informé, une nouvelle et plus ample instruction de l'affaire, un supplément d'instruction. On dit aussi un plus amplement informé (mais alors informé est adjectif, car un substantif ne se construit pas avec un adverbe).
Le parlement ordonna un plus amplement informé [SAINT-SIMON, 435, 48]