ingratitude

ingratitude

n.f.
1. Caractère de qqn qui manque de reconnaissance : L'ingratitude des personnes qu'elle a formées la blesse gratitude, reconnaissance
2. Caractère d'une action ou d'une parole ingrate : Ils furent choqués de ou par l'ingratitude de sa réponse.

INGRATITUDE

(in-gra-ti-tu-d') s. f.
Vice des ingrats.
Ce que [le silence] l'on eût tenu pour révérence, le serait maintenant pour ingratitude qu'il lui a plu [à Henri IV], me faisant du bien, m'inspirer, avec un vif désir de vertu, celui de me rendre digne de l'aspect du plus parfait et du plus victorieux monarque du monde [RÉGNIER, Épît. dédic.]
À tant de perfidie et tant d'ingratitude [CORN., Sertor. V, 4]
....L'ingratitude est le plus noir des vices [MAIRET, Sophon. III, 1]
Hélas ! j'ai beau crier et me rendre incommode ; L'ingratitude et les abus N'en seront pas moins à la mode [LA FONT., Fabl. XII, 16]
Sous les Assyriens leur triste servitude [des Juifs] Devint le juste prix de leur ingratitude [envers Dieu] [RAC., Esth. III, 4]
Il vaut mieux s'exposer à l'ingratitude que de manquer aux misérables [LA BRUY., IV]
Après les preuves touchantes, madame, que j'ai eues de votre amitié.... il y aurait à moi de l'ingratitude de n'y pas compter toujours [J. J. ROUSS., Lett. à Mme de Boufflers, 26 août 1764]
Au plur. Actes qui proviennent de ce vice.
Repasse mes bontés et tes ingratitudes [CORN., Tois. d'or, III, 3]
Voici un trait d'ingratitude qui ne vous déplaira, et dont je veux faire mon profit, quand je ferai mon livre sur les grandes ingratitudes [SÉV., 6 fév. 1671]
[Elle] Me fait un long récit de mes ingratitudes [RAC., Brit. II, 2]
Qui doit enfin terminer.... toutes les ingratitudes de votre vie [MASS., Carême, Rechute, 1]
État d'un cœur qui ne répond pas à l'amour.
C'est cet amour payé de tant d'ingratitude Qui me rend en ces lieux sa présence si rude [RAC., Andr. II, 1]
Mon cœur désespéré d'un an d'ingratitude [ID., ib. III, 7]
Qualité de ce qui ne répond pas à la peine qu'on prend.
L'ingratitude d'un sol qui ne lui fournit rien de ce qu'exige le besoin absolu de tous les jours [RAYNAL, Hist. phil. XII, 28]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se nous voulons à Dieu prendre similitude, Nous herons [haïrons] comme lui pechié d'ingratitude [J. DE MEUNG, Test. 81]
    C'est grant ingratitude de mettre en oblience.... [ID., ib. 426]
  • XVe s.
    Est bien raison que je regarde, Qu'envers vous ne soie entechié De ce faulx et mauvais pechié Que l'on reprouche en toute estude, Et qui est dit ingratitude, C'est à dire mal pour bien rendre [E. DESCH., Poés. mss. f° 484]
  • XVIe s.
    Vice d'ingratitude et de mescognoissance [MONT., III, 317]
    Du moins, puisqu'à la fin sorti de servitude, Je cognoy ma sottise et leur ingratitude [DESPORTES, Œuvres chrest. Sonnets, 8]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. ingratitut ; espagn. ingratitud ; ital. ingratitudine ; du lat. ingratitudinem, de ingratus, ingrat.

ingratitude

INGRATITUDE. n. f. Manque de reconnaissance pour un bienfait reçu. L'ingratitude est la marque d'une âme basse. Il m'a payé d'ingratitude. Trait, acte d'ingratitude. C'est une noire ingratitude. Il s'est rendu coupable d'ingratitude envers son maître, envers son bienfaiteur. Reprocher à quelqu'un son ingratitude.

ingratitude

Ingratitude, Immemor beneficij animus.

Synonymes et Contraires

ingratitude

nom féminin ingratitude
Caractère ingrat.
Traductions

ingratitude

ondankbaarheid, ondankingratitude, thanklessnessכפיות טובה (נ), כְּפִיּוּת טוֹבָהαχαριστίαdesconocimientoingratitudine忘恩負義utaknemmelighed (ɛ̃gʀatityd)
nom féminin
manque de reconnaissance Il fait preuve d'ingratitude envers ses parents.

ingratitude

[ɛ̃gʀatityd] nfingratitude