initié, ée


Recherches associées à initié, ée: délit d'initié, initiation

INITIÉ, ÉE

(i-ni-si-é, ée) part. passé d'initier
Qui a été admis aux mystères. Initié aux mystères d'Éleusis. Corneille a dit initié de :
Ô Néarque, si je ne croyais pas indigne d'aller à lui [Dieu] sans être initié de ses mystères et avoir reçu la grâce de ses sacrements.... [CORN., Poly. Abrégé du martyre]
Fig. Introduit dans les sociétés, dans les affaires secrètes.
Elle [la duchesse de Maine] en fit part aux gens les plus familiers auprès d'elle et les plus initiés à ses mystères [STAAL, Mém. t. II, p. 73]
Je fus aussi initié dans des maisons honnêtes et même distinguées [DUCLOS, Mém. Œuv. t. X, p. 86, dans POUGENS]
Maintenant, initiée dans tous les secrets de l'État, elle recevait chez elle son maître, son souverain, le plus grand roi du monde, et il daignait la consulter [GENLIS, Mme de Maintenon, t. II, p. 111, dans POUGENS]
S. m. Celui qui a été initié aux mystères chez les païens. Un initié. Les initiés. Un secret absolu était imposé aux initiés.
Il fallait que l'initié parût ressusciter ; c'était le symbole du nouveau genre de vie qu'il devait embrasser [VOLT., Mœurs, Introd.]
Fig. Celui qui sait le secret des affaires.
Les initiés disent que.... Le nombre des vrais poëtes et des vrais connaisseurs sera toujours extrêmement petit ; mais il faut qu'il le soit ; c'est le petit nombre des élus ; moins il y a d'initiés, plus les mystères sont sacrés [VOLT., Lett. Saint-Lambert, 7 mars 1769]