inoculation

inoculation

n.f.
En médecine, introduction volontaire ou accidentelle d'un micro-organisme dans le corps, dans un milieu de culture : La vaccination est une inoculation volontaire.

INOCULATION

(i-no-ku-la-sion ; en vers, de six syllabes) s. f.
Action de communiquer artificiellement une maladie contagieuse, en en introduisant le principe matériel dans le corps. L'inoculation de la petite vérole, du vaccin, de la morve.
Absolument. L'inoculation, l'inoculation de la petite vérole. L'inoculation passa de Constantinople à Londres en 1721 et à Paris en 1755. L'inoculation, qui était fort utile, a été abandonnée pour la vaccine.
L'inoculation fut annoncée en France par une lettre d'un docteur en médecine adressée à M. Dodard, premier médecin du roi, et imprimée à Paris en 1723 [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 393, dans POUGENS]
Même lorsque le médecin Mead fit en Angleterre les premières expériences de l'inoculation, en 1721, il la tenta à la manière chinoise sur un des sujets qu'on lui donna, et elle réussit [VOLT., Fragm. sur l'hist. art. XXIII]
La feue reine d'Angleterre fit essayer l'inoculation de la petite vérole sur quatre criminels [ID., Diatr. Doct. Akakia.]
La mort du duc de Parme est une belle leçon de l'inoculation ; son fils, qui a eu la petite vérole artificielle, est en vie ; et le père, qui a négligé cette précaution, meurt à la fleur de son âge [ID., Lett. Richelieu, 30 juillet 1765]
L'usage de l'inoculation, si nécessaire pour conserver la beauté, est ancien et pratiqué avec succès en Arabie [BUFF., Suppl. à l'hist. nat. Œuv. t. XI, p. 261]
Que dites-vous de ce bel arrêt du parlement de Paris pour consulter la faculté de théologie sur l'inoculation, cette même faculté qu'il a déclaré ne pouvoir être juge en matière de sacrements ? [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 7 août 1763]
L'inoculation du roi et de la famille royale, à laquelle on était bien loin de s'attendre il y a un mois, prouve que la raison est écoutée, et donne tout à la fois bon espoir et bon exemple [ID., Lett. au roi de Prusse, 1er juill. 1774]
En 1756, M. Tronchin fut appelé à Paris pour l'inoculation des enfants de M. le duc d'Orléans [CONDORCET, Tronchin.]
Fig. Transmission, propagation d'idées, d'opinions. L'inoculation des doctrines hérétiques fut très prompte au XVIe siècle.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. inoculationem, action de greffer, de inoculare (voy. INOCULER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • INOCULATION. Ajoutez : - HIST. XVIe s.
    Il y a d'autres manieres d'antes qu'on appelle flageollet, fleute, escusson, ou inoculation, qui se font lorsque les arbres sont en sabe [LANDRIC, Advertissement et maniere d'enter (Bourdeaux, 1580), p. 9 (Paris, 1830).]

inoculation

INOCULATION. n. f. T. de Médecine. Introduction dans l'organisme d'une substance contenant les germes vivants d'une maladie. Elle peut être accidentelle ou faite dans un but thérapeutique. L'inoculation de la rage par la morsure d'un chien malade. Certaines inoculations peuvent être immunisantes, telles que celles de la variole ou de la fièvre typhoïde; ou curatives, rendant moins grave une autre maladie préexistante, telle que l'inoculation du paludisme dans la paralysie générale. L'inoculation se pratique aussi sur les animaux (cobayes) dans un but de diagnostic.
Traductions

inoculation

inenting

inoculation

inoculation

inoculation

inoculación

inoculation

Inokulation

inoculation

inoculazione

inoculation

inoculação

inoculation

инокулация

inoculation

接种

inoculation

接種

inoculation

podning

inoculation

ympning

inoculation

[inɔkylasjɔ̃] nfinoculation