insidieux, euse

INSIDIEUX, EUSE

(in-si-di-eû, eû-z') adj.
Qui dresse des embûches, en parlant des personnes.
Insidieux valet ! vous entendez fort bien que ce n'est pas le danger qui m'inquiète, mais le motif [BEAUMARCH., Mar. de Fig. III, 5]
Sophiste insidieux [M. J. CHÉN., Gracques, II, 3]
Qui est plein d'embûches, qui a le caractère de l'embûche, en parlant des choses.
Ces subtilités qui semblent insidieuses [MALH., dans VAUGELAS]
C'est une insidieuse façon de nuire que de nuire en sorte qu'on en soit remercié [ID., ib.]
Des talents insidieux [L'ABBÉ HOUTEVILLE, dans DESFONTAINES]
Vous sentez, mon cher maître, tout ce qu'il y a d'insidieux dans ce projet [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 16 févr. 1774]
....Quand autrefois auprès De cette ingrate aimée, en nos festins secrets, Je portais à la hâte à ma bouche ravie La coupe demi-pleine à ses lèvres saisie, Ce nectar, de l'amour ministre insidieux, Bien loin de les éteindre, aiguillonnait mes feux [A. CHÉN., Élég. XXII]
Zèle insidieux [DUCIS, Lear, V, 2]
Art insidieux [M. J. CHÉN., Œdipe-roi, III, 3]
Vaugelas nous fait remarquer d'autres mots plus lents, qui ont eu une peine infinie à pénétrer dans la langue et qui y sont pourtant entrés à la longue : par exemple, le mot insidieux, tout latin et si expressif ; Malherbe l'avait risqué ; Vaugelas, qui en augure bien, avant de l'adopter toutefois, le voudrait voir employé par d'autres, et il n'ose le conseiller que moyennant des précautions et des préparations qui le fassent pardonner [STE-BEUVE, Vaugelas, Constitut. 28 déc. 1863]
Terme de médecine. Affections insidieuses, affections qui, ne paraissant pas, au premier abord, aussi dangereuses qu'elles le sont réellement, sont propres à mettre en défaut le praticien.

REMARQUE

  • L'Académie, dans ses remarques sur Vaugelas, disait que ce mot n'avait pas été accueilli favorablement ; et Chapelain, qu'il était désagréable et dégoûtant. Depuis lors l'usage l'a pleinement adopté.

SYNONYME

  • INCIDIEUX, CAPTIEUX, La distinction est donnée par l'étymologie. Ce qui est captieux tend à capter ; ce qui est insidieux a le caractère de l'embûche. Ce que les raisonnements les plus captieux n'ont pas produit, souvent une caresse insidieuse l'opère, dit Girard.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Insidieux [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. insidiosus, de insidia, embùche, de insidere, être assis, posté, de in, en, et sedere, être assis (voy. SEOIR) : insidere, se poster, par conséquent attendre, dresser une embûche.