insinuer

(Mot repris de insinueraient)

insinuer

v.t. [ lat. insinuare, de in, dans, et sinus, courbure, pli ]
Faire entendre d'une manière détournée, sans dire expressément : Elle a insinué que mon travail n'était pas satisfaisant sous-entendre, suggérer

s'insinuer

v.pr.
1. Se faire admettre adroitement ; s'introduire : Il s'est insinué dans les bonnes grâces du directeur.
2. Pénétrer doucement quelque part : L'eau s'est insinuée à travers les coutures de la tente s'infiltrer

insinuer


Participe passé: insinué
Gérondif: insinuant

Indicatif présent
j'insinue
tu insinues
il/elle insinue
nous insinuons
vous insinuez
ils/elles insinuent
Passé simple
j'insinuai
tu insinuas
il/elle insinua
nous insinuâmes
vous insinuâtes
ils/elles insinuèrent
Imparfait
j'insinuais
tu insinuais
il/elle insinuait
nous insinuions
vous insinuiez
ils/elles insinuaient
Futur
j'insinuerai
tu insinueras
il/elle insinuera
nous insinuerons
vous insinuerez
ils/elles insinueront
Conditionnel présent
j'insinuerais
tu insinuerais
il/elle insinuerait
nous insinuerions
vous insinueriez
ils/elles insinueraient
Subjonctif imparfait
j'insinuasse
tu insinuasses
il/elle insinuât
nous insinuassions
vous insinuassiez
ils/elles insinuassent
Subjonctif présent
j'insinue
tu insinues
il/elle insinue
nous insinuions
vous insinuiez
ils/elles insinuent
Impératif
insinue (tu)
insinuons (nous)
insinuez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais insinué
tu avais insinué
il/elle avait insinué
nous avions insinué
vous aviez insinué
ils/elles avaient insinué
Futur antérieur
j'aurai insinué
tu auras insinué
il/elle aura insinué
nous aurons insinué
vous aurez insinué
ils/elles auront insinué
Passé composé
j'ai insinué
tu as insinué
il/elle a insinué
nous avons insinué
vous avez insinué
ils/elles ont insinué
Conditionnel passé
j'aurais insinué
tu aurais insinué
il/elle aurait insinué
nous aurions insinué
vous auriez insinué
ils/elles auraient insinué
Passé antérieur
j'eus insinué
tu eus insinué
il/elle eut insinué
nous eûmes insinué
vous eûtes insinué
ils/elles eurent insinué
Subjonctif passé
j'aie insinué
tu aies insinué
il/elle ait insinué
nous ayons insinué
vous ayez insinué
ils/elles aient insinué
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse insinué
tu eusses insinué
il/elle eût insinué
nous eussions insinué
vous eussiez insinué
ils/elles eussent insinué

INSINUER

(in-si-nu-é) , j'insinuais, nous insinuions ; que j'insinue, que nous insinuions v. a.
Introduire doucement et adroitement quelque chose. Le chirurgien insinua le doigt dans la plaie.
De même qu'une vapeur pestilente se coule au milieu des airs, et, imperceptible à nos sens, insinue son venin dans nos cœurs [BOSSUET, 1er sermon, Démons, 2]
Ancien terme de palais. Enregistrer quelque chose au greffe des insinuations.
La donation qui vous a été faite par votre oncle est d'autant meilleure, qu'elle a été insinuée deux mois avant sa mort [DANCOURT, les Agiot. I, 6]
M. le Riche m'écrit qu'il faut faire insinuer mon contrat de deux cent mille livres [VOLT., Lett. Christin, 27 oct. 1767]
Terme d'histoire ecclésiastique. Attacher un clerc à une paroisse.
Fig. Faire entrer doucement dans l'âme.
Il a été à propos d'en rendre la représentation agréable, afin que le plaisir pût insinuer plus doucement l'utilité [CORN., Poly. Abrégé du mart.]
De faire entrer chez vous le désir des sciences, De vous insinuer les belles connaissances [MOL., F. sav. III, 6]
Le monde pour lequel la chaste inspiration qui vous ébranle le cœur commence à vous insinuer un secret dégoût [BOSSUET, Élévat. sur myst. XVII, 2]
[Jouer la tragédie d'Esther] lui fit appréhender [à Mme de Maintenon] que cet amusement ne leur insinuât [aux demoiselles de Saint-Cyr] des sentiments opposés à ceux qu'elle voulait leur inspirer [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 204, dans POUGENS]
Dans l'ancien langage du théâtre, annoncer un personnage d'une manière un peu couverte.
Don Raymond et ce pêcheur ne suivent point la règle que j'ai voulu établir, de n'introduire aucun acteur qui ne fût insinué dès le premier acte, ou appelé par quelqu'un de ceux qu'on y a connus [CORN., Examen de D. Sanche.]
Fig. Faire entendre adroitement.
Les moyens de faire insinuer au pape ma reconnaissance [BOSSUET, Lett. quiét. 59]
On peut insinuer la religion dans des conversations particulières [FÉN., t. II, p. 129]
Lui insinuant que quelques personnes lui rendaient de mauvais offices [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 181, dans POUGENS]
N'est-ce-pas vous, monsieur, que j'ai vu dans telle loge, me dit-elle, comme pour m'insinuer à son tour qu'elle m'avait démêlé ? [MARIVAUX, Paysan parv. 5e part.]
On ne dit rien, on insinua tout, les grandes réputations furent toutes attaquées [MONTESQ., Rom. 17]
Les émissaires [de Charles XII] insinuaient sans cesse que Pierre Alexiovitz voulait se rendre maître de la navigation de la mer Noire [VOLT., Charles XII, 5]
Il insinue parmi nous les sentiments de Locke [ID., Dial. I]
La lettre que Voltaire m'écrivit sur mon dernier ouvrage me donna lieu d'insinuer mes craintes dans ma réponse ; l'effet qu'elle produisit les confirma [J. J. ROUSS., Conf. VIII]
S'insinuer, v. réfl. Pénétrer peu à peu. L'eau s'était insinuée par les pores du bois.
Ils vous prient de vous en frotter le côté [avec du baume tranquille].... il faut que cela soit chaud, et qu'il pénètre et s'insinue dans le mal [SÉV., 15 déc. 1684]
C'est lui [Dieu] qui, se cachant sous cent noms différents, S'insinuant partout anime la nature [CHAUL., Au marq. de la Fare, Déisme.]
Il est semblable au feu dont la douce chaleur Dans chaque autre élément en secret s'insinue [VOLT., Disc. 1]
L'on trouve des fers incrustés de cuivre et des bois dans lesquels ce métal s'est insinué en forme de végétation [BUFF., Min. t. V, p. 134]
Par plaisanterie.
Le bouquet fait, il commence à louer L'assortiment, tâche à s'insinuer ; S'insinuer, en fait de chambrière, C'est proprement couler la main au sein [LA FONT., Servante.]
Fig.
Le doux sommeil s'était insinué dans ses membres [FÉN., Tél. XXIV]
Le venin s'insinue par la conformité des humeurs [MASS., Prof. rel. 1]
En parlant des personnes, se faire admettre quelque part, s'y introduire avec adresse.
Cependant sa grimace est partout bienvenue ; On l'accueille, on lui rit, partout il s'insinue [MOL., Mis. I, 1]
Je vous dirais qu'elle n'a employé aucun de ces artifices que les ambitieux appellent la science du monde et le secret de parvenir, et qu'elle ne s'est insinuée à la cour ni par de pressantes sollicitations, ni par de lâches flatteries [FLÉCH., Mme de Montausier.]
Vers l'an 1559, quelques calvinistes s'étaient d'abord insinués dans le peuple, qu'il faut presque toujours gagner le premier [VOLT., Mœurs, 137]
Chacun se lance ; non : à la cour, on se glisse, on s'insinue, on se pousse [P. L. COUR., Lett. VIII]
Fig. Pénétrer doucement dans l'âme. L'espoir s'insinuait peu à peu dans son âme.
L'erreur a-t-elle pu s'insinuer au milieu de tant de clartés [chez les anges], ou la dépravation et l'iniquité parmi de si grandes grâces ? [BOSSUET, Élévat. sur myst. IV, 2]
Fig. Se glisser dans les bonnes grâces, dans la bienveillance de quelqu'un.
J'ai commencé par m'insinuer dans l'esprit de la reine [FÉN., Dial. des morts mod. 19]
Les méchants sont empressés à s'insinuer et à plaire [ID., Tél. II]
Cette fille s'était insinuée dans sa confiance [HAMILT., Gramm. 10]
L'art de s'insinuer dans le cœur par l'amour-propre est peu connu [STAËL, Corinne, XII, 1]

SYNONYME

  • INSINUER, SUGGÉRER. Insinuation implique une idée qui n'est pas dans suggestion. Celui qui insinue quelque chose emploie de l'adresse, des détours, des ménagements. Celui qui suggère fait l'office d'inspirer quelque chose à quoi on ne songeait pas.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Jacob, estant caché sous la personne de son frere, et vestu de sa robbe, s'est insinué à son pere pour recevoir la benediction sous la personne d'autrui [CALV., Inst 591]
    Il sçavoit fort bien s'humilier envers les grands, et s'insinuer en leur bonne grace [AMYOT, Pyrrh. 18]
    Je m'insinue par imagination fort bien en leur place [MONT., I, 262]
    Sa premiere poison [du démon] s'insinua en nous par les promesses qu'il nous fist de science [ID., II, 208]
    Je luy insinuerai.... [PALSGR., p. 608]
    Insinuer ses nominations au diocese d'amour [TAHUREAU, Dial. p. 83, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. insinuar, ensinuar ; espagn. insinuar ; ital. insinuare ; du lat. insinuare, de in, en, dans, et sinus, sein (voy. SEIN).

insinuer

INSINUER. v. tr. Introduire doucement et adroitement quelque chose. Insinuer une sonde, une mèche dans une plaie. L'eau s'était insinuée dans les pores du bois, par les fentes. Fig., L'espoir s'insinuait peu à peu dans mon âme. Une éloquence pleine d'onction qui s'insinue dans les coeurs.

S'INSINUER signifie également, en parlant des Personnes, Se faire admettre quelque part, s'y introduire avec adresse. S'insinuer dans une société. Il est adroit, il s'insinue partout. Fig., S'insinuer dans l'esprit de quelqu'un, s'insinuer dans ses bonnes grâces, dans sa bienveillance, Se mettre bien dans son esprit, gagner adroitement ses bonnes grâces, sa bienveillance.

INSINUER signifie encore, au figuré, Faire entendre adroitement, faire entrer dans l'esprit. Tâchez de lui insinuer cela doucement. Insinuer de bons sentiments dans le coeur d'un enfant. Insinuer une doctrine.

insinuer

Se Insinuer en la grace d'aucun, Insinuare se alteri.

Synonymes et Contraires

insinuer

verbe insinuer

insinuer (s')

verbe pronominal insinuer (s')
1.  Littéraire. Pénétrer quelque part.
2.  Littéraire. Prendre place dans l'esprit de.
Traductions

insinuer

anspielen, anspielen auf, andeuten, versteckt hinweisen, einblasen, insinuiereninsinuate, allude, hint, imply, suggest, refer tozinspelen, bedekte toespelingen maken (op), insinueren, alluderen, een toespeling maken, toespelenהבליע (הפעיל), השתמע (התפעל), רימז (פיעל), רמז (פ'), רמז רמיזה, הִשְׁתַּמֵּעַalludiraludi, subkomprenigialudirviitataalludere, insinuarealudir, fazer alusão a, reportar-sealludera, anspela (ɛ̃sinɥe)
verbe transitif
faire comprendre qqch sans le dire clairement Qu'essayez-vous d'insinuer ?

insinuer

[ɛ̃sinɥe] vt → to insinuate [ɛ̃sinɥe]
vpr/pass [humidité, liquide] s'insinuer dans → to seep into
vpr/réfl (= se glisser) → to worm one's way into, to creep into