inspecteur, trice

INSPECTEUR, TRICE

(in-spè-kteur, tri-s') s. m. et f.
Celui ou celle dont la fonction est d'inspecter, de surveiller quelque chose. Inspecteur aux revues.
Dans les manufactures libres, l'intérêt du commerçant suffit pour qu'il veille à la perfection de ses denrées ; et cet intérêt est le meilleur et le plus sûr de tous les inspecteurs [CONDORCET, Monsigni.]
Dans l'université, inspecteurs de l'enseignement primaire, ou inspecteurs primaires, ou inspecteurs des écoles, ceux qui sont chargés de surveiller l'enseignement primaire. Inspecteurs d'académie, ceux qui inspectent les établissements d'instruction publique dans une académie ; il y en a un par département. Inspecteurs généraux, ceux qui sont chargés d'inspecter, les uns pour les lettres, les autres pour les sciences, les lycées et colléges importants de toute la France. Inspecteurs de l'enseignement supérieur, ceux qui sont chargés d'inspecter les facultés. Inspectrice, dame chargée d'inspecter les pensions de jeunes filles. Il y a des inspectrices pour les écoles communales de jeunes filles et pour les salles d'asile. Inspecteur général, celui qui a l'inspection sur toute une branche d'un service public.
Four soutenir la discipline militaire, il [Louis XIV] créa des inspecteurs généraux, ensuite des directeurs, qui rendirent compte de l'état des troupes ; et on voyait par leur rapport, si les commissaires des guerres avaient fait leur devoir [VOLT., Louis XIV, 29]
Inspecteurs de la salle, les cinq députés chargés de la police des conseils sous le Directoire. Inspectrice, la femme d'un inspecteur. Madame l'inspectrice. Inspecteur des compagnies franches de la marine, inspecteur des galères, inspecteur général de la marine et des galères, différents titres qu'on a donnés, dans le XVIIe siècle, à des officiers chargés d'inspection.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. inspectorem, de inspectum, supin de inspicere, examiner, de in, en, et specio, regarder (voy. SPECTRE).