instinct

(Mot repris de instincts)

instinct

[ ɛ̃stɛ̃] n.m. [ du lat. instinctus, impulsion ]
1. Tendance innée qui pousse les individus d'une même espèce à accomplir des actes déterminés : En tuant cet oiseau, le chat a obéi à son instinct.
2. Tendance, impulsion souvent irraisonnée qui détermine l'homme dans ses actes, son comportement : Son instinct lui disait de s'en méfier intuition, prémonition, pressentiment
3. Don, disposition naturelle pour qqch : Ce commerçant a l'instinct des affaires sens
D'instinct,
par un mouvement naturel, spontané : D'instinct, nous baissâmes la tête.

INSTINCT

(in-stin ; au singulier, le c seul se lie : un in-stin-k impérieux ; au pluriel, l's se lie : des instin-z impérieux) s. m.
Impulsion donnée, instigation (sens latin qui n'est plus guère usité).
Ce fier tyran qui me caresse, Montre pour moi tant de tendresse .... Que je ne saurais présumer Si c'est par instinct de nature Ou par coutume de m'aimer [CORN., Héracl. V, 1]
Il n'y a point d'autre cause qui ait fait parler de lui [Jésus-Christ] si clairement en ces endroits [les prophéties], si ce n'est l'instinct du Saint-Esprit, qui souffle où il veut et qui sait bien s'affranchir de toutes les règles des discours vulgaires [BOSSUET, Explicat. de la prophét. d'Isaïe, 3e lett.]
Il [le prince du monde, Satan] anime les Juifs, et je [Jésus] les vois avancer par son instinct [ID., Méd. sur l'Év. la Cène, 99e jour.]
Impulsion intérieure et involontaire, qui meut l'âme humaine.
Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres, Et ne croyons le mal que quand il est venu [LA FONT., Fabl. I, 8]
Si le vôtre [esprit] est né propre aux élévations Où montent des savants les spéculations, Le mien est fait, ma sœur, pour aller terre à terre.... Ne troublons point du ciel les justes règlements, Et de nos deux instincts suivons les mouvements [MOL., F. sav. I, 1]
Le mot d'instinct, en général, signifie impulsion : il est opposé à choix [BOSSUET, Connaiss. V, 13]
L'autre [Condé].... par ces grandes pensées que le ciel envoie et par une espèce d'instinct admirable dont les hommes ne connaissent pas le secret, semble né pour entraîner la fortune.... [ID., Louis de Bourbon.]
Cet âge où l'on ne suit que les premiers instincts de la liberté [FLÉCH., Duc de Mont.]
Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels ? Dans le temple des Juifs un instinct m'a poussée [RAC., Athal. II, 5]
Ce n'était que par instinct que j'agissais ainsi ; et l'instinct ne débrouille rien [MARIV., Pays. parv. 2e part.]
Cet instinct tout-puissant de moi-même ignoré, Devançant la raison, croissant avec notre âge, Du ciel qui conduit tout fut le secret ouvrage [VOLT., Fanat. III, 3]
Ce faux instinct de gloire égara mon courage [ID., Mérope, II, 2]
Il faut avouer que, dans les arts de génie, tout est l'ouvrage de l'instinct [ID., Lett. Diderot, 20 avr. 1773]
L'instinct gouvernera toujours toute la terre ; car les passions sont la production de l'instinct, et les passions régneront toujours [ID., Dial. XXIX.]
C'est à un instinct mécanique, qui est chez la plupart des hommes, que nous devons la plupart des arts, et nullement à la saine philosophie [ID., Dict. phil. Fr. Bacon.]
N'est-il pas vrai que l'instinct et le jugement, ces deux fils aînés de la nature, nous enseignent à chercher en tout notre bien-être, et à procurer celui des autres, quand leur bien-être fait le nôtre évidemment ? [ID., Dial. XXIV, 7]
Sa santé, qu'il avait toujours ménagée, s'altéra l'hiver dernier ; il sentit par cet instinct que la nature nous a donné, que sa fin était prochaine [CONDORCET, Montigni.]
Qu'un autre vous réponde, ô sages de la terre ! Laissez-moi mon erreur ; j'aime, il faut que j'espère ; Notre faible raison se trouble et se confond ; Oui, la raison se tait, mais l'instinct vous répond [LAMART., Médit. I, 5]
Par l'infaillible instinct le cœur soudain frappé Ne craint pas de retour, ni de s'être trompé [ID., Joc. III, 102]
On a remarqué ces cruels instincts chez des hommes de caractères très différents, et l'histoire les a qualifiés d'instincts pervers : il serait plus juste de les qualifier d'instincts pervertis soit par une maladie du cerveau contractée dans le milieu où ces hommes sont nés, soit par l'impunité, mortelle à la raison, que certaines situations leur ont assurée dès leurs premiers pas dans la vie : on a vu de jeunes rois égorger des biches qu'ils semblaient chérir, pour le seul plaisir de voir palpiter leurs entrailles [GEORGES SAND, Elle et Lui, ch. XI]
En ce sens, il se dit aussi des animaux.
Son éléphant, par un instinct de vengeance, fit un carnage des ennemis [VAUGEL., Q. C. VIII, 14]
Particulièrement. Stimulation intérieure qui détermine l'être vivant à une action spontanée, involontaire ou même forcée, pour un but de conservation ou de reproduction ; ou, plus précisément, mode d'activité du cerveau qui porte à exécuter un acte sans avoir notion de son but, et à employer des moyens toujours les mêmes, sans jamais chercher à en créer d'autres.
Nous [hommes] agissons tout autrement [que les animaux] : La volonté nous détermine, Non l'objet, ni l'instinct [LA FONT., Fabl. X, 1]
Il y a [sur les animaux] deux opinions qu'il est bon de rappeler en peu de paroles : la première veut que l'instinct des animaux soit un sentiment ; la seconde n'y reconnaît autre chose qu'un mouvement semblable à celui des horloges et autres machines [BOSSUET, Conn. V, 13]
Tout sentiment est instinct, une conformité secrète de nos organes avec les objets forme notre instinct [VOLT., Dict. phil. Instinct.]
Presque tous les quadrupèdes et les reptiles mêmes perfectionnent, en vieillissant, leur instinct jusqu'aux bornes prescrites : les fouines, les renards, les loups en sont une preuve évidente ; un vieux loup et sa compagne font toujours mieux la guerre que les jeunes [ID., Dial. XX]
L'instinct.... qui est la raison des bêtes, raison aussi inférieure à la nôtre qu'un tournebroche l'est à l'horloge de Strasbourg [ID., ib.]
Dans tous les êtres bien organisés, l'instinct se marque par des habitudes suivies, qui toutes tendent à leur conservation [BUFF., Ois. t. XVI, p. 119]
L'éléphant, le castor et le singe, sont de tous les êtres animés ceux dont l'instinct est le plus admirable [ID., Quadrup. t. IV, p. 188]
L'instinct social n'est pas donné à toutes les espèces d'oiseaux ; mais dans celles où il se manifeste, il est plus grand, plus décidé que dans les autres animaux [ID., Ois. t. XV, p. 114]
J'essayais de prouver que l'instinct n'est en général que le résultat des impressions des objets sur la machine, et que la portée de l'instinct est en raison directe du nombre, de l'espèce et de l'intensité des sensations [BONNET, Ess. analyt. âme, ch. 16]
Absolument. Il se dit des aptitudes qu'on remarque chez les animaux. Ce chien a de l'instinct, a beaucoup d'instinct.
Très grande aptitude. Cet enfant a l'instinct de la musique.
Terme de manége. Naturel ou caractère d'un cheval.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Comme l'on commençoit la batterie du costé d'une citadelle, les bandes, de leur instinct, presentent une escalade [D'AUB., Hist. II, 161]
    S'il est quelque loy vraiment naturelle, c'est-à-dire quelque instinct, qui se veoye universellement et perpetuellement empreint aux bestes et en nous [MONT., II, 69]
    [Seigneur] Un cœur net en moy renouvelle, Afin que plus je ne chancelle, Suivant mon instinct vicieux [DESPORTES, Œuv. chrest. XVIII, Ode.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. instinctus, de instinctum, supin de instinguere, pousser, exciter, de in, en, vers, et stinguere, de même radical que le grec traduit par, piquer (voy. STIGMATE).

instinct

INSTINCT. n. m. Mouvement intérieur qui est naturel aux animaux et qui les fait agir sans le secours de la réflexion pour accomplir des actes conformes à leur espèce et adaptés à leurs besoins. La nature a donné à tous les animaux l'instinct de leur propre conservation. Chaque espèce a son instinct particulier. Les bêtes se conduisent, se gouvernent par instinct, par pur instinct.

Il se dit, en parlant de l'Homme, du Mouvement intérieur et involontaire auquel on attribue les actes non réfléchis, les sentiments indélibérés; et, quelquefois par extension, d'une Très grande aptitude, d'une forte propension à quelque chose. Il a fait cela plutôt par instinct que par raison. Un secret instinct m'a poussé. Je ne sais quel heureux instinct m'a fait éviter ce danger. J'ai pris cette route d'instinct et c'était la bonne. J'ai fait cela d'instinct et j'ai bien fait. Avoir l'instinct des affaires, du commerce. Cet homme n'a que de mauvais instincts, a tous les mauvais instincts.

instinct

Instinct, et inspiration, ou instigation, Instinctus, huius instinctus.

instinct


INSTINCT, s. m. [Ins-teink: 2 longues.] Certain mouvement et sentiment qui agit. Au propre, il se dit des animaux. "L'instinct leur tient lieu de raison. — Fig. il se dit des hommes: "La Natûre done à l'Orateur cet instinct secret... qui sent, comme par inspiration, ce qui sied et ce qui ne sied pas. D'Aguess. "Il y a un goût d'instinct, pour ainsi dire, et un goût de réflexion. L'Ab. Trublet.

Synonymes et Contraires

instinct

nom masculin instinct
2.  Disposition naturelle.
Traductions

instinct

Instinkt, Trieb, Naturtriebinstinctinstinct, aandriftאינסטינקט (ז) [דחף], דחף (ז), חוש טבעי (ז), יצר (ז), חוּשׁ טִבְעִי, דַּחַף, יֵצֶרένστικτοinstinkto本能инстинктistintoغَرِيزَةٌinstinktinstinktinstintovaistoinstinkt본능instinktinstynktinstintoinstinktสัญชาตญาณiçgüdübản năng本能инстинкт本能 (ɛ̃stɛ̃)
nom masculin
1. ce qui est fait naturellement chez un être vivant avoir l'instinct maternel
2. capacité à sentir, à deviner se fier à son instinct

instinct

[ɛ̃stɛ̃] nminstinct
instinct grégaire → herd instinct
instinct de conservation → instinct of self-preservation
d'instinct → instinctively