institué, ée

INSTITUÉ, ÉE

(in-sti-tu-é, ée) part. passé d'instituer
Établi.
Les honneurs sont institués pour récompenser le mérite [FLÉCH., Mme de Mont.]
Qui a reçu des institutions politiques.
Lorsqu'il s'agira d'une nation déjà tout instituée, dont les goûts, les mœurs, les préjugés, les vices sont trop enracinés.... [J. J. ROUSS., Pologne, I]
Établi en une charge, en une fonction.
Environné de toutes ces jeunes filles adoptives, de toutes ces religieuses instituées par elle [GENLIS, Mme de Maintenon, t. II, p. 145, dans POUGENS]
Héritier institué, celui qui a été nommé héritier par testament. Substantivement.
Il restait un prince de la maison de Bourgogne, un comte de Nevers, descendant de l'institué [VOLT., Mœurs, 96]
Instruit, formé.
Est-il plus important qu'un cheval soit bien dressé qu'un enfant bien institué ? [PATRU, Plaid. 10, dans RICHELET]