insultant

insultant, e

adj.
Qui constitue une insulte, une offense : Cet article sur le Premier ministre est insultant injurieux, outrageant ; élogieux, respectueux

insultant

(ɛ̃syltɑ̃)

insultante

(ɛ̃syltɑ̃t)
adjectif
qui manque de respect Il a reçu un courriel insultant.

insultant

INSULTANT, ANTE. adj. Qui tient de l'insulte. Discours insultant. Air insultant. Procédé insultant. Un insultant mépris. Paroles insultantes. Manières insultantes.

insultant


INSULTANT, ANTE, adj. INSULTE, s. f. INSULTER, v. act. et n. [3e lon. aux 2 premiers, e muet au 2d; é fer. au 3e.] Insulte, mauvais traitement de fait ou de parole, avec dessein d'ofenser. Faire insulte, ou une insulte à. "Recevoir une cruelle insulte de... = Insulter quelqu'un, et insulter à quelqu'un, n'ont pas tout-à-fait le même sens. Le 1er signifie simplement, faire insulte: il l'a insulté jusque chez-lui.
   Nos Énemis, par leurs outrages,
   Insultent tes autels détruits.
       Le Franc.
"Ses soldats étoient souvent insultés par ceux de la garnison. MARIN. Hist. de Saladin. Le 2d ajoute, à cette idée, celle de la lâcheté, qui fait qu'on prend avantage de la misère de quelqu'un pour l'insulter. "Il ne faut pas insulter aux misérables. "C'est une indignité que d'insulter à la misère, même d'un énemi: res est sacra miser. "Vous parlez au nom d'une classe de citoyens, qui vient d'éprouver un malheur, et à qui vous semblez me soupçoner de vouloir insulter. LINGUET. = On a dit aûtrefois insulter contre, et insulter sur. TH. CORN. ne condamnait pas tout-à-fait le 1er: mais il aimait mieux dire s'emporter contre. — Chapelain trouvait que le 2d était rude, mais il croyait qu'on pouvait s'en servir. — L'un et l'aûtre sont hors d'usage depuis long-tems. = En termes de Guerre, insulter une place, c' est l'ataquer hautement et à découvert. Th. Corn. — En ce sens, il régit quelquefois la prép. de. "Il insulta la ville, la flote de quelques coups de canon. On dit aussi, mettre hors d'insulte, mettre une place en état de ne pouvoir être prise d'emblée.
   INSULTANT, qui insulte: il ne se dit que des chôses: "Discours insultant. "Paroles, manières insultantes.
   Rem. 1°. On a dit anciènement insult, et on le fesait masc. Bouhours, et Fléchier lui ont doné ce genre, en écrivant pourtant insulte. Ménage en reprit le premier, et il avoua son tort. L'Acad. au comencement du siècle le fesait masc. en avertissant que plusieurs le fesaient fém. TRÉV. = Boileau a encore dit, dans le Lutrin.
   Evrard seul, en un coin prudemment retiré,
   Se croyoit à l'abri de l'insulte sacré,
   Deux puissans énemis......
   À~ mes Sacrés Autels font un profane insulte.
   INSULTE, Voy. AFFRONT.
   2°. INSULTER, ne date que du siècle passé. M. Coeffeteau l'avait vu naître, un peu avant sa mort, et il n'avait jamais ôsé s'en servir, à cause de sa trop grande nouveauté, tant, dit Vaugelas, il était religieux à n'user d'aucun terme, qui ne fût en usage. On peut dire qu'il l'était jusqu'au scrupule et à la superstition. On done aujourd'hui dans l'excês contraire.

Synonymes et Contraires

insultant

adjectif insultant
Traductions

insultant

beledigend, honend

insultant

urážlivé

insultant

[ɛ̃syltɑ̃, ɑ̃t] adjinsulting
insultant envers qn → insulting to sb
Il s'est montré insultant envers elle → He was insulting to her.