intempérant, ante

INTEMPÉRANT, ANTE

(in-tan-pé-ran, ran-t') adj.
Qui ne se contient pas, qui n'est pas contenu. Langue intempérante.
L'esprit intempérant, dans le désir de tout savoir, va rechercher ce qu'il y a de plus secret dans la nature [SAINT-ÉVREMOND, dans RICHELET]
Particulièrement. Qui a le vice de l'intempérance, qui n'est pas sobre.
Dom Fernand dans sa province est oisif, ignorant, médisant, querelleur, fourbe, intempérant, impertinent ; mais il tire l'épée contre ses voisins, et pour un rien il expose sa vie [LA BRUY., XI]
Les enfants sont hautains, dédaigneux, colères, curieux.... intempérants, menteurs, dissimulés, ils rient et pleurent facilement [ID., ib.]
Il [le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV] était né intempérant, colère, violent, orgueilleux, méprisant, fastueux, dissipé [DUCLOS, Règne de Louis XIV, Œuvr. t. V, p. 51, dans POUGENS.]
Substantivement. L'intempérant abrége ses jours.
Qui a le vice opposé à la chasteté (sens assez rare).
On peut tenir pour certain que Luther, Bucer et Mélanchthon ne sont pas les seuls qui aient flatté les princes intempérants [BOSSUET, Var. 4e avert. § 12]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    L'intemperant est bien aise et se resjouit d'avoir peché ; l'incontinent en a douleur et regret [AMYOT, De la vertu morale, 13]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. intemperantem, de in.... 1, et temperans, tempérant.