intermède

(Mot repris de intermèdes)

intermède

n.m. [ it. intermedio, du lat. intermedius, intercalé ]
1. Divertissement entre deux pièces ou deux actes d'une représentation théâtrale : Un intermède musical intermezzo, prélude
2. Temps pendant lequel une action s'interrompt : Ces vacances ont été un court intermède interruption

INTERMÈDE

(in-tèr-mè-d') s. m.
Ce qui est placé entre, et, particulièrement, sorte de divertissement et de représentation, comme ballet, danse, chœur, etc. entre les actes d'une pièce de théâtre. Intermèdes de musique, en musique.
Les comédiens ont fait un petit intermède de la réception d'un médecin, avec des danses et de la musique [MOL., Mal. imag. III, sc. dern.]
Nom que l'on donnait dans le siècle dernier aux petits opéras, tels que le Devin de village.
Ce qui, placé entre deux choses, conduit l'action de l'une sur l'autre.
De toutes les parties du corps humain, les nerfs sont celles dont la connaissance intéresse le plus le philosophe ; ils sont, pour ainsi dire, l'intermède qui unit l'âme au corps, et par lequel elle agit sur différentes parties de son corps [BONNET, Contempl. de la nat. VII, 1]
C'est par l'intermède de l'eau que s'opèrent également les concrétions secondaires et les pétrifications vitreuses et calcaires [BUFF., Min. t. VII, p. 227]
Pour séparer la combinaison que la nature a faite du soufre et du mercure, deux matières volatiles, il faut avoir nécessairement recours à l'action du feu et y joindre un intermède [RAYNAL, Hist. phil. VII, 30]
Terme de pharmacie. Dans une formule de médicament, la substance que l'on prescrit uniquement pour faciliter la mixtion des autres ingrédients est l'intermède.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il arriva ce que je veux donner à la posterité non comme un intermeze de fables, bien seantes aux poetes seullement, mais comme une histoire que j'ai apprise de ceux qui estoient de la partie [D'AUB., Hist. I, 132]
    Ils firent comme un intermets de siege, en passant tousjours le temps à force escarmouches de peu d'effet [ID., ib. III, 145]
    C'estoit un grand homme d'estat, mais qui mesloit parmi les plus grands affaires les galanteries espagnolles et les intermeses d'amours [ID., ib. III, 309]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. entremech, mitoyen ; ital. intermezzo, intermedio ; du lat. intermedius, de inter, entre, et medius, moyen.

intermède

INTERMÈDE. n. m. Sorte de représentation et de divertissement, comme ballet, danse, choeur, etc., entre les actes d'une pièce de théâtre ou d'un spectacle. Intermèdes de musique, en musique, Intermèdes bouffons. Les intermèdes du " Malade imaginaire ".

Par extension, il désigne un Intervalle de temps qui fait diversion entre deux choses, deux événements de même nature. Le Premier Empire fut une suite de guerres, avec de courts intermèdes.

intermède


INTERMèDE, s. m. INTERMÉDIAIRE, adj. [2e ê ouv. 3e è moy. au 1er, é fer. au 2d; dont la 4e è moy. et long.] Intermède ou entr'acte, est ce qu' on done entre les actes d'une pièce de théâtre. Voyez ENTR' ACTE. = Intermédiaire, qui est entre deux. "Temps, espace intermédiaire. — On disait aussi;tems intermédiat; et l'Acad. le dit encôre. — Intermédiat est subst., en termes de Chancellerie. Lettres d'intermédiat. Trév. Acad. = M. Linguet emploie intermédiaire substantivement. "Une vieillesse anticipée, qui succède sans intermédiaire à l'enfance. — Il me semble qu'en cet endroit, intermédiaire vaut mieux qu'intervalle. Mais l'usage ne l'a pas encôre admis.

Traductions

intermède

interludeבין המערכות (ז), נגינת ביניים (נ)intermezzo, onderbreking, tussenspelIntermezzointermezzo (ɛ̃tɛʀmɛd)
nom masculin
interruption

intermède

[ɛ̃tɛʀmɛd] nminterlude