interrogatif

(Mot repris de interrogative)

interrogatif, ive

adj.
Qui exprime une interrogation : Phrase interrogative. Une mimique interrogative interrogateur
Proposition interrogative indirecte,
proposition subordonnée complétive exprimant une interrogation (on dit aussi une interrogative indirecte) : « Il m'a demandé si tu allais mieux » est une proposition interrogative indirecte.

interrogatif

n.m.
Mot (adjectif, pronom, adverbe) interrogatif : « Quel ? », « qui ? » ou « combien ? » sont des adverbes interrogatifs.

interrogative

n.f.
Phrase interrogative.

interrogatif

(ɛ̃teʀɔgatif)

interrogative

(ɛ̃teʀɔgativ)
adjectif
1. linguistique phrase, mot qui sert à poser une question une phrase interrogative "Qui" est un pronom interrogatif.
2. qui pose une question Les enfants avaient un air interrogatif.

interrogatif

INTERROGATIF, IVE. adj. Qui interroge. Ton interrogatif. Par extension, Regard interrogatif.

Il s'emploie spécialement, en termes de Grammaire, pour signifier Qui sert à interroger. Particule interrogative. Se servir de termes interrogatifs.

interrogatif


INTERROGATIF, ÎVE, adj. INTERROGATION, s. m. INTERROGATOIRE, s. m. INTERROGER, v. a. [Intérogatif, tîve, ga-cion, ga-toâ-re, gé: 1re lon. r forte, 2e é fer. M. de Wailly, dans le Rich. Port. met un acc. grâve sur l'é; il supôse donc que l'è est moyen; je le crois fer., dans le Dict. Gram. on dit qu'il est ouv.: c'est une erreur encôre plus grande. 5e lon. au 2e et au 4e.] Interroger, c'est faire une question, une demande à.. Interrogatif, qui sert à interroger. Interrogation, question, demande. Interrogatoire, se dit, et des questions que fait le Juge, et des réponses de celui qui est interrogé. "Les Examinateurs l' ont interrogé; le Juge l'a interrogé. Pourquoi m'interrogez-vous? — "Termes interrogatifs; particules interrogatives, comme, Quand? ? etc. "Répondre aux interrogations. "Subir l'interrogatoire. "Prêter l'interrogatoire sur faits et articles. = Interroger. Voyez QUESTIONER.
   REM. 1°. Interrogatoire ne se dit qu'au Palais: Interrogatif ne s'emploie qu'en Gramaire. Interrogation et Interroger, sont du langage comun et de tous les styles.
   2°. Quelques-uns disent point d'interrogation; d'aûtres, l'Acad. entre aûtres, point interrogant (?).
   3°. Les phrâses interrogatives se forment de deux manières; ou par les pronoms interrogatifs, qui, lequel, quoi, quel, que; et les adverbes, , quand~, comment, combien, etc. "Lequel voulez-vous? "Que souhaitez-vous? "D'où venez-vous? etc. Ou par les pronoms personels, je, vous, il, etc. "Ai-je bien entendu? Avez-vous fait? Veut-il venir? etc. Que si le nominatif du verbe est un nom, il précède le verbe, et l'on met après le pronom personel de la 3e persone. "L'homme a-t-il été créé pour imiter les animaux? = Quand la phrâse comence par un pronom interrogatif, employé dans un cas oblique, c. à. d. dans tout autre cas que le nominatif, le nom se met après tout le verbe. "À~ quoi pense cet homme? De quoi se mêle cette femme? On peut dire aussi: À~ quoi cet homme pense-t'il? À~ quoi a-t'il pensé? De quoi cette femme se mêle-t'elle? de quoi s'est-elle mêlée? — Remarquez que le pronom personel surajouté doit toujours suivre le nom, et qu'il ne peut jamais le précéder, même en vers.
   Va-t'il sur nous fondre un nouvel orage?
       Gustave de Piron.
Il faut dire, un nouvel orage va-t'il fondre sur nous?
   4°. Une des propriétés du sens interrogatif, employé avec le verbe régissant, est de changer les modes, et quelquefois les tems des verbes régis. Ainsi l'on dit en afirmant, vous pensiez qu'il venait; vous avez cru qu'il était venu, et en interrogeant; pensiez-vous qu'il vînt? Croyez-vous qu'il fût venu? mettant le subjonctif au lieu de l'indicatif. Quand le verbe régissant est au présent, on met avec l'interrogation, le présent du subjonctif ou le futur de l'indicatif. "Je crois, qu'il viendra? Puis-je croire qu'il viène ou qu'il viendra. = Remarquez pourtant que quand ces verbes sont employés dans un sens tout-à-la fois interrogatif et négatif, ce sens équivaut au sens afirmatif, et demande l'indicatif, et non le subjonctif. Ainsi l'on dit: croyez-vous qu'il soit sincère? Et, ne croyez-vous pas qu'il est sincère? * On lit, dans le JOURN. DE MONS. "Ne trouvez-vous pas que le portrait d'un parvenu soit une des plus agréables pièces de Mr. de la Louptère? — Je pense qu' il falait dire, est une, etc.
   5°. Quand le sens est interrogatif et négatif tout-à-la fois, il faut mettre les deux négations ne et pas. P. Corneille y a souvent manqué.
   Que ne permettra-t'il à son ressentiment?
       Polieucte.
  Et jusques à quel point ne porte sa vengeance,
Une juste colère avec tant de puissance.
       Pertharite.
  Mais de quoi n'est capable un malheureux Amant?
      Rodogune.
  Quelles peines depuis grands Dieux! n'ai-je souffertes?Ibid.
  Que n'en ai-je souffert, et que n'a-t' elle ôsé etc. etc.
Dans tous ces exemples, il faut ajouter pas: ne permettra-t' il pas? Ne porte pas; n'est pas capable, n' ai-je pas soufertes, n'a-t'elle pas ôsé, etc.
   6°. Les pronoms et les adverbes interrogatifs régissent quelquefois l'infinitif sans préposition. "Que faire? Qui consulter? où aller? où en trouver? etc. On sous-entend, que puis-je, que doit-on, etc.

Traductions

interrogatif

interrogative

interrogatif

疑問, 疑問詞

interrogatif

[ɛ̃teʀɔgatif, iv] adj (LINGUISTIQUE)interrogative