interrompu, ue

INTERROMPU, UE

(in-tè-ron-pu, pue) part. passé d'interrompre
Qu'on n'a pas laissé s'achever, qui ne s'achève pas.
Au milieu de l'agitation des choses humaines, elle [l'Église] se soutient toujours avec une force invincible, en sorte que, par une suite non interrompue depuis près de dix-sept cents ans, nous la voyons remonter jusqu'à Jésus-Christ [BOSSUET, Hist. II, 13]
Et l'amour, dans leur cœur, interrompu, troublé, Sous le faix des lauriers est bientôt accablé [RAC., Alex. II, 1]
Quelle est donc sa pensée, et que cache un discours Commencé tant de fois, interrompu toujours ? [ID., Phèdre, V, 4]
Il a une conversation interrompue et des distractions fréquentes [LA BRUY., VIII]
Les prospérités non interrompues de ce prince, qui ne mettait point de bornes ni à son ambition ni à son bonheur [ROLLIN, Hist. anc. t. I, p. 299, dans POUGENS]
Dans cette longue suite à peine interrompue de guerres sanglantes que se font les princes chrétiens, les anciens intérêts, qui tous ont changé, sont effacés par les nouveaux [VOLT., Russie, Préf.]
Pour pouvoir prescrire, il faut une possession continue et non interrompue [, Code Nap. art. 2229]
La prescription peut être interrompue ou naturellement ou civilement [, ib. 2242]
Propos interrompu, conversation sans suite, sans liaison. Propos interrompu, sorte de jeu de société dans lequel on prend la question d'un côté et la réponse d'un autre ; ce qui fait que celle-ci ne s'adapte pas à celle-là. Jouer au propos interrompu. Terme de botanique. Épis interrompus, épis qui, par suite de l'allongement d'un ou plusieurs entre-nœuds, ont une partie de leur axe nue. Ancien terme de marine.
Bâtiments interrompus, bâtiments qui ne comptaient point parmi les navires classés, bâtiments de charge pour la plupart, qui différaient entre eux par la forme et le tonnage [JAL, ]
Boulets interrompus, boulets lancés par les petites pièces dont on armait les bâtiments interrompus.