intimé, ée

INTIMÉ, ÉE

(in-ti-me, mée) part. passé d'intimer
Prescrit avec autorité. L'ordre ainsi intimé ne souffrait point de désobéissance.
Qui est appelé en justice, particulièrement en appel.
Toutes les fois que des officiers subalternes se sont ingérés de faire des poursuites de cette qualité sans en être prévenus par la plainte du mari, la cour les a déclarés bien intimés en leur nom, et les a rendus responsables des dommages-intérêts des parties [GUYOT DE PITAVAL, Causes célèbres, t. I, p. 125]
Il faut, pour déclarer un juge bien intimé, avoir des preuves invincibles de corruption, et ici l'on n'a pas même la preuve la plus frivole [ID., ib. t. I, p. 165]
Substantivement. L'intimé, l'intimée, personne qui, ayant gagné son procès en première instance, est appelée devant un tribunal supérieur par sa partie. L'appelant et l'intimé.