intrigué, ée

INTRIGUÉ, ÉE

(in-tri-ghé, ghée) part. passé d'intriguer
Qui est en souci.
Les dames sont bien intriguées pour leurs ornements [SÉV., 317]
Ma pauvre mademoiselle Lisette, je suis furieusement intriguée [DANCOURT, Bourg. à la mode, III, 3]
Est-ce quelqu'un de la maison, dit Mlle Hubert, encore plus intriguée que moi ? [MARIVAUX, Paysan parv. 3e part.]
Il faut lui pardonner cette fois-ci ; il est un peu intrigué, ainsi que tous les autres bourdons de la ruche de Genève ; ils ont tous les ans des tracasseries pour étrennes au sujet des élections [VOLT., Lett. d'Alembert, 9 janv. 1765]
Qui est dans l'embarras.
Les Forbins ont une affaire de bien plus grande importance que celle-là, celle du petit Janson, qui a tué en duel le neveu de M. de la Feuillade ; cette affaire est au parlement.... voilà donc un garçon comme les autres hors de France, et ils sont tous fort intrigués [SÉV., 25 déc. 1675]
Où l'intrigue est bien nouée, en parlant d'une pièce de théâtre, d'un roman.
Ce n'est pas assez qu'une pièce soit intriguée, elle doit l'être tragiquement [VOLT., Comm. Corn. Rem. Héraclius, II, 6]
Paméla est un ouvrage plus simple, moins étendu, moins intrigué, mais y a-t-il moins de génie ? [DIDER., Éloge de Richardson.]