intromission

intromission

n.f. [ du lat. intromittere, introduire dans ]
1. Didact. Introduction d'un objet ou d'un organe dans un autre.
2. Introduction du pénis dans le vagin.

INTROMISSION

(in-tro-mi-ssion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Terme de physique. Action de mettre dans.
La grande question est de savoir comment la séve s'introduit par l'extrémité du chevelu dans le corps de la racine ; car je crois avoir bien prouvé par les injections que c'est uniquement à cette extrémité que se trouvent les orifices ménagés pour l'intromission des sucs [BONNET, Lett. div. Œuvr. t. XII, p. 492, dans POUGENS]
Terme de physiologie. L'intromission, l'introduction du membre du mâle dans les parties sexuelles de la femelle.
Harvey dit qu'il n'y a point d'intromission, mais seulement un simple attouchement, un frottement extérieur des parties du coq et de la poule, et il croit que, dans tous les petits oiseaux, qui, comme les moineaux, ne se joignent que pour quelques moments, il n'y a point d'intromission ni de vraie copulation [BUFF., Hist. anim. ch. V, Œuvr. t. III, p. 152]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    De façon qu'il ne se peut faire intromission [PARÉ, XVIII, 43]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. intromissio ; ital. intromessione ; du lat. intromittere, de intro, en dedans, et mittere, mettre.

intromission

INTROMISSION. n. f. T. didactique. Action par laquelle un corps, soit solide, soit fluide, s'introduit ou est introduit dans un autre. L'intromission de l'air dans l'eau.

intromission


INTROMISSION, s. f. [Intromi-cion.] Il se dit en Physique, de l'action de s'introduire. "L'intromission de l'air dans les interstices de l'eau.