invétéré, ée

INVÉTÉRÉ, ÉE

(in-vé-té-ré, rée) part. passé d'invétérer
Qui s'est confirmé par trait de temps.
Nos pères n'avaient pas vu comme nous une hérésie invétérée tomber tout à coup, les troupeaux égarés revenir en foule, et nos églises trop étroites pour les recevoir [BOSSUET, le Tellier.]
L'autorité des personnes puissantes fait souvent modérer l'imposition d'une ou de plusieurs paroisses à des taxes bien au-dessous de leur juste portée, dont la décharge doit par conséquent tomber sur d'autres voisines qui en sont surchargées, et c'est un mal invétéré auquel il n'est pas facile de remédier [VAUBAN, Dîme, 29]
Une longue sécurité, le mauvais ordre des finances et la négligence invétérée du gouvernement avaient presque anéanti les fortifications les plus indispensables [FONTEN., Renau.]
Leur haine invétérée et leurs cruels amours [VOLT., Pélop. I, 1]
Les abus invétérés ne se corrigent qu'avec le temps [ID., Élog. fun. Louis X]
Qui a laissé vieillir en soi certaines manières d'être.
Quand on est un pécheur aussi invétéré que vous l'êtes [MASS., Car. Jeûne.]