inventeur, trice

INVENTEUR, TRICE

(in-van-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui a inventé. Le premier inventeur. L'inventeur de l'imprimerie. Accorder un brevet à l'inventeur d'une machine, d'un procédé.
On la fait, mais je n'en crois rien, Inventrice des gants de chien [SCARR., Virg. I]
[La sagesse incréée] magnifique dans les grandes choses, industrieuse dans les petites, et encore riche dans les petites et inventrice dans les grandes [BOSSUET, Élévat. sur myst. III, 8]
Une courtisane, Glycère, de Prigone comme lui, excellait dans l'art de faire des couronnes, et elle en était regardée comme l'inventrice [ROLLIN, Hist. anc. t. XI, 1re part. p. 191, dans POUGENS]
C'est ainsi que les arts utiles se sont peu à peu établis, et la plupart par des inventeurs ignorés [VOLT., Mœurs, 81]
Absolument. Celui dont l'esprit a le don d'inventer.
Les vrais inventeurs sont ceux qui prouvent [VOLT., Mél. litt. Lett. sur la comète.]
L'esclave imitateur naît et s'évanouit ; Ce n'est qu'aux inventeurs que la vie est promise [A. CHÉNIER, l'Invention.]
Adj.
Ô qu'ainsi parmi nous des esprits inventeurs De Virgile et d'Homère atteignent les hauteurs ! [A. CHÉN., l'Invention.]
Particulièrement. Celui qui trouve une médaille dans la terre, un monument enfoui, etc.
Celui, celle qui imagine.
Cet avis merveilleux dont je suis l'inventeur [MOL., Fâch. III, 3]
Démocrite, l'inventeur de la philosophie des atomes [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 642, dans POUGENS]
Celui, celle qui controuve.
J'admirais.... si de tant de maux le funeste inventeur De quelque ombre de bien pouvait être l'auteur [RAC., Athal. III, 4]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    L'œuvre est de l'inventeur, Et celui qui apprend Est tenu pour menteur, Si grace ne lui rend [RONS., 381]
    Garde-toi bien d'estre l'inventeresse D'habitz nouveaux [J. MAROT, V, 207]
    Quand ces femmes rapporteresses et inventeresses de paroles viennent à dire.... [LA BOETIE, 307]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. inventorem (voy. INVENTION).