inventif, ive

INVENTIF, IVE

(in-van-tif, ti-v') adj.
Qui a le génie, le talent d'inventer.
Il [un jeune peintre] compose, il est inventif, et colore convenablement bien [POUSSIN, Lett. 11 juin 1641]
Les Égyptiens avaient l'esprit inventif [BOSSUET, Hist. III, 3]
Je suis un peintre.... j'enfante au dedans de moi un tableau.... j'aime ce dessin, cette idée, ce fils de mon esprit fécond et de mon art inventif [ID., Élévat. sur myst. II, 7]
Fig.
Préparez seulement des gênes, des bourreaux ; Devenez inventifs en supplices nouveaux [CORN., Méd. V, 5]
Qui est habile à imaginer.
Notre sexe est fort vindicatif, Et dans ses trahisons se rend bien inventif [TRISTAN, Mariane, II, 6]
Si nous aimons assez Jésus-Christ, la foi inventive et industrieuse nous fera trouver un martyre au milieu de la paix du christianisme [BOSSUET, 2e sermon, Circoncision.]
Flatteur, insinuant, sachant s'accommoder à tous les goûts et à toutes les inclinations des princes ; inventif et industrieux pour trouver de nouveaux moyens de leur plaire [FÉN., Tél. XVI]
Allons, allons, rêvez vous-même à votre tour, l'amour est si inventif [LAMOTTE, Minutolo, sc. 1]
Substantivement.
Qu'un homme a mauvaise grâce de vouloir faire l'inventif et l'ingénieux, lorsqu'il devrait parler avec toute la gravité et l'autorité du Saint-Esprit ! [FÉN., t. XXI, p. 116]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La jeune veuve, la quelle estoit femme inventive et de bon esprit [DESPERIERS, dans le Dict. de DOCHEZ.]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. INVENTION.