japper

(Mot repris de jappâtes)

japper

v.i. [ onomat. ]
1. Aboyer, en parlant des jeunes chiens.
2. Émettre un jappement, en parlant du chacal.

japper

(ʒape)
verbe intransitif
chien pousser un aboiement aigu des chiots qui jappent

japper


Participe passé: jappé
Gérondif: jappant

Indicatif présent
je jappe
tu jappes
il/elle jappe
nous jappons
vous jappez
ils/elles jappent
Passé simple
je jappai
tu jappas
il/elle jappa
nous jappâmes
vous jappâtes
ils/elles jappèrent
Imparfait
je jappais
tu jappais
il/elle jappait
nous jappions
vous jappiez
ils/elles jappaient
Futur
je japperai
tu japperas
il/elle jappera
nous japperons
vous japperez
ils/elles japperont
Conditionnel présent
je japperais
tu japperais
il/elle japperait
nous japperions
vous japperiez
ils/elles japperaient
Subjonctif imparfait
je jappasse
tu jappasses
il/elle jappât
nous jappassions
vous jappassiez
ils/elles jappassent
Subjonctif présent
je jappe
tu jappes
il/elle jappe
nous jappions
vous jappiez
ils/elles jappent
Impératif
jappe (tu)
jappons (nous)
jappez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais jappé
tu avais jappé
il/elle avait jappé
nous avions jappé
vous aviez jappé
ils/elles avaient jappé
Futur antérieur
j'aurai jappé
tu auras jappé
il/elle aura jappé
nous aurons jappé
vous aurez jappé
ils/elles auront jappé
Passé composé
j'ai jappé
tu as jappé
il/elle a jappé
nous avons jappé
vous avez jappé
ils/elles ont jappé
Conditionnel passé
j'aurais jappé
tu aurais jappé
il/elle aurait jappé
nous aurions jappé
vous auriez jappé
ils/elles auraient jappé
Passé antérieur
j'eus jappé
tu eus jappé
il/elle eut jappé
nous eûmes jappé
vous eûtes jappé
ils/elles eurent jappé
Subjonctif passé
j'aie jappé
tu aies jappé
il/elle ait jappé
nous ayons jappé
vous ayez jappé
ils/elles aient jappé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse jappé
tu eusses jappé
il/elle eût jappé
nous eussions jappé
vous eussiez jappé
ils/elles eussent jappé

JAPPER

(japé) v. n.
Aboyer d'un aboiement plus clair que l'aboi ordinaire.
Les chiens jappent souvent en dormant ; et, quoique cet aboiement soit sourd et faible, on y reconnaît cependant la voix de la chasse, les accents de la colère, les sons du désir ou du murmure [BUFF., Nature des anim.]
Il se dit plus ordinairement du cri des petits chiens.
Laissez cette bête importune Tout son sou japper à la lune ; Cela n'arrête point son cours [DASSOUCY, le Ravissement de Proserpine, édit. de MDCLIII, in-4°, p. 84]
Fig. Criailler.
On ne peut guère fermer la gueule à ces roquets-là [la canaille littéraire], parce qu'ils jappent pour gagner un écu [VOLT., Lett. Mme Denis, 22 mai 1752]
Il s'emploie quelquefois activement et signifie dire d'une façon bruyante.
Monsieur l'abbé, vif comme un papillon, Jappe des vers qu'il prit à la pipée [J. B. ROUSS., Rondeau.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Là vient la mort en sa figure Noire et hydeuse à moy japper : Je n'attens que ma sepulture [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 71]
  • XVIe s.
    Le petit chien commença à japper. - Il n'y a amour si secrete, qui ne soit sue, ni petit chien si affeté ni fait à la main, duquel on n'entende le japper [MARG., Nouv. LXX]
    Chien qui jappe ne mord pas [COTGRAVE, ]
    Un vieil chien jamais ne jappe en vain [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. jaipé ; provenç. japar. Diez et Scheler, comparant l'allemand jappen, y voient une onomatopée. Dans les temps anciens, on trouve non pas japer, mais juper :
    Si lor colpent les testes à lor brans vienois ; Dont oïssiez juper Sarasins et Percois [, Ch. d'Ant. II, 766]
    Jupper, appeler à haute voix, hucher, se dit encore dans le haut Maine.

japper

JAPPER. v. intr. Il se dit principalement pour désigner l'Aboiement des petits chiens. Ce roquet ne fait que japper.

japper

Japper, Latrare.

Traductions

japper

yap, yelp

japper

keffen

japper

[ʒape] vi → to yap, to yelp