jaser

(Mot repris de jasé)
Recherches associées à jasé: jasper

jaser

v.i. [ onomat. ]
1. Bavarder sans fin pour le plaisir de parler ou de dire des médisances : Les voisins commencent à jaser au sujet de sa conduite.
2. Émettre des sons modulés, un babillage : Le bébé jase gazouiller
3. Crier, en parlant des oiseaux parleurs, tels la pie, le merle, le perroquet, etc.

jaser

(ʒɑze)
verbe intransitif
1. oiseau pousser un cri, émettre un son un perroquet qui jase
2. personne dire du mal de qqn jaser sur son voisin

jaser


Participe passé: jasé
Gérondif: jasant

Indicatif présent
je jase
tu jases
il/elle jase
nous jasons
vous jasez
ils/elles jasent
Passé simple
je jasai
tu jasas
il/elle jasa
nous jasâmes
vous jasâtes
ils/elles jasèrent
Imparfait
je jasais
tu jasais
il/elle jasait
nous jasions
vous jasiez
ils/elles jasaient
Futur
je jaserai
tu jaseras
il/elle jasera
nous jaserons
vous jaserez
ils/elles jaseront
Conditionnel présent
je jaserais
tu jaserais
il/elle jaserait
nous jaserions
vous jaseriez
ils/elles jaseraient
Subjonctif imparfait
je jasasse
tu jasasses
il/elle jasât
nous jasassions
vous jasassiez
ils/elles jasassent
Subjonctif présent
je jase
tu jases
il/elle jase
nous jasions
vous jasiez
ils/elles jasent
Impératif
jase (tu)
jasons (nous)
jasez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais jasé
tu avais jasé
il/elle avait jasé
nous avions jasé
vous aviez jasé
ils/elles avaient jasé
Futur antérieur
j'aurai jasé
tu auras jasé
il/elle aura jasé
nous aurons jasé
vous aurez jasé
ils/elles auront jasé
Passé composé
j'ai jasé
tu as jasé
il/elle a jasé
nous avons jasé
vous avez jasé
ils/elles ont jasé
Conditionnel passé
j'aurais jasé
tu aurais jasé
il/elle aurait jasé
nous aurions jasé
vous auriez jasé
ils/elles auraient jasé
Passé antérieur
j'eus jasé
tu eus jasé
il/elle eut jasé
nous eûmes jasé
vous eûtes jasé
ils/elles eurent jasé
Subjonctif passé
j'aie jasé
tu aies jasé
il/elle ait jasé
nous ayons jasé
vous ayez jasé
ils/elles aient jasé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse jasé
tu eusses jasé
il/elle eût jasé
nous eussions jasé
vous eussiez jasé
ils/elles eussent jasé

JASER

(ja-zé) v. n.
Causer, babiller.
Les oisillons, las de l'entendre, Se mirent à jaser aussi confusément Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre Ouvrait la bouche seulement [LA FONT., Fabl. I, 8]
Caquet bon bec alors de jaser au plus dru Sur ceci, sur cela, sur tout.... [ID., ib. XII, 11]
Car madame à jaser tient le dé tout le jour [MOL., Tart, I, 1]
Ah ! jamais les amants ne sont las de jaser [ID., Tart. II, 4]
On sentait qu'elle ne jasait tant que parce qu'elle avait l'innocente faiblesse d'aimer à parler [MARIVAUX, Paysan parv. 2e part.]
L'enfant qui jase et le vieillard qui radote n'ont ni l'un ni l'autre le ton de la raison [BUFF., Nature des animaux.]
J'attends ici quelque chose ; et deux hommes qui jasent sont moins suspects qu'un seul qui se promène ; ayons l'air de jaser [BEAUMARCH., Barb. de Sév. I, 2]
Fig. Vous jasez bien à votre aise, vous avez les pieds chauds, se dit à quelqu'un qui prend ses aises quand les autres se donnent de la peine.
Dire, révéler quelque chose qu'on devait tenir secret.
Je voulais ne rien dire et ne pas t'accuser, Et pour ton intérêt l'empêcher de jaser [HAUTEROCHE, Nobles de prov. II, 3]
C'est bien dit, elle est fille, elle pourrait jaser [LEGRAND, Roi de Cocagne, II, 1]
Mais quoi ! vous ne pouvez rien taire ; un peu de discrétion est bien rare aujourd'hui ; les gens crèveraient plutôt que de ne point jaser, et vous tout le premier [P. L. COUR., Seconde lettre particulière.]
Faire jaser quelqu'un, lui faire dire des choses qu'il aurait intérêt de ne pas dire.
Je suis discrète, quand on me demande le secret ; non, rien ne me ferait jaser [MARIVAUX, Paysan parv. 6e part.]
Chut mes amis, il [un vin] fait jaser à table ; C'est un agent provocateur [BÉRANG., Agent prov.]
Faire des remarques malignes, plus ou moins médisantes.
Cela pourra d'abord faire jaser, Mais tout s'apaise et tout doit s'apaiser [VOLT., Prude, V, 8]
Quel scandale ! comme on va jaser dans le quartier ! [PICARD et MAZÈRES, Trois quartiers, I, 12]
Prononcer des paroles humaines, en parlant du geai, de la pie, du perroquet, du merle et autres oiseaux. Cette pie jase tout le jour.
L'on ne doit pas attribuer à la structure particulière de nos organes la formation de notre parole, dès que le perroquet peut la prononcer comme l'homme : mais jaser n'est pas parler [BUFF., Ois. t. XI, p. 95]
Jaser comme une pie, comme une pie borgne, c'est-à-dire parler beaucoup, babiller.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Oyr jazer un ruisseau qui murmure [RONS., 739]
    Grenouilles qui jasez quand l'an se renouvelle [ID., 297]
    Ce qu'ils ont accoutumé de jaser, de recompenser Dieu par œuvres de supererogation, n'est gueres plus ferme [CALV., Instit. 613]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. gasar. On a proposé l'italien gazza, pie, mais l'italien n'a pas gazzare, et gazza eût donné en français gacer, jacer. Ayant rejeté gazza, Diez tire le mot du scandinave gassi, qui signifie jars et caqueteur ; mais jaser paraît tenir à gazouiller, et pour ce radical jas ou gaz, on a une dérivation celtique qui, étant directe, paraît préférable : breton, geiz, geid, gazouiller ; kymri, gyth, murmure.

jaser

JASER. v. intr. Se plaire à babiller. Elles ont jasé toute la soirée. Il ne fait que jaser.

Il se dit, par extension, des Geais et de quelques autres oiseaux, particulièrement des pies. Cette pie jase tout le jour.

Fig., Jaser comme une pie, comme une pie borgne, Parler beaucoup, babiller.

Il signifie familièrement Parler, à propos de quelqu'un ou de quelque chose, avec une malignité qui va souvent jusqu'à la médisance ou l'indiscrétion. Gardez le secret, car si vous allez jaser, vous nous perdrez. Ah! je vois bien qu'un tel a jasé sur mon compte.

jaser

Jaser, Fabulari, Nugari, Garrire, Nugas dicere.

Ne jase point, Aufer nugas.

Tu te jases, mocques, ou gaudis, Facis delicias.

jaser


JASER, v. neut. JâSERIE, s. fém. JASEUR, EûSE, s. m. et f. [Jazé, jâzerî-e, jazeur, jeû-ze: l'a est bref au 1er et au 3e, long au 2d; dans le verbe, il est long, par la même raison devant l'e muet: il jâse; elle jâsera, etc.] Jaser, c'est 1°. causer, babiller. "Il ne fait que jaser. = 2°. Révéler quelque chôse qu'on devait tenir secret. "Vous avez jasé. "Ce prisonier a jasé. Voy. CAUSER: en style proverbial, on dit causer, ou jaser. = Jaserie, babil, caquet. C'est un mot de Pomey. L'Académie l'a adopté. = Jaseur, causeur, babillard. "Un grand jaseur, une grande jaseûse.

Synonymes et Contraires

jaser

verbe jaser
1.  Crier, en parlant d'oiseaux.
2.  Parler continuellement.
3.  Dire des médisances.
gloser, médire -familier: bêcher, cancaner, commérer, potiner -littéraire: clabauder, dauber, jaboter -populaire: dégoiser.
Traductions

jaser

gossip

jaser

klets

jaser

comarejar, xafardejar

jaser

sludre, snakke

jaser

klaĉi

jaser

blaðra, masa

jaser

skravle

jaser

prata, snacka

jaser

hecheln

jaser

[ʒɑze] vi → to gossip